Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Aéronautique / Export : le Gifas conteste les analyses du commerce extérieur

16 février 2017


Touchée en plein vol par le secrétaire d’État au Commerce extérieur, qui,  lors de sa présentation à la presse des résultats du Commerce extérieur*, a annoncé une dégradation de l’excédent commercial de l’industrie aéronautique et lui a imputé une partie de l'aggravation du déficit commercial de la France, la profession n’a pas été longue à réagir. Une première ! Le 9 février, soit deux jours après la conférence de presse au Quai d’Orsay de Matthias Fekl, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) a ainsi publié un communiqué de presse, intitulé « La filière aéronautique et spatiale reste le premier contributeur excédentaire au solde du commerce extérieur de la France en 2016 », dans lequel il conteste que l’aéronautique ait pris « une part notable » dans la « détérioration » du déficit commercial, qui a atteint 48,1 milliards d’euros l’an dernier (45 milliards en 2015). On peut, sans risque, qualifier d’exceptionnelle une démarche par voie de communiqué de la part d’une organisation sectorielle influente, visant à infirmer les propos d’un ministre. Mais pourquoi donc exactement ? La Lettre confidentielle a interrogé le Gifas pour en savoir plus. Erreur sur les...

L'accès à la totalité de l'article (603 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé