fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© DR
Transports & logistique

Historique et une première dans l’histoire de cette industrie : le transport maritime va enfin devoir s’impliquer activement dans la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique.
Le Comité de la protection du milieu marin de l'Organisation maritime internationale (OMI), qui s’est réuni à Londres du 9 au 13 avril, a en effet adopté un texte qui propose au secteur de réduire les émissions de gaz à effets de serre des navires d’au moins 50% d'ici à 2050 (par rapport à 2008). Il fixe aussi à 2023 la date butoir de sa stratégie révisée en matière d'émissions de CO2. Le texte, adopté malgré la réticence de quelques Etats – l’OMI est une organisation d’Etats rattachée à l’ONU- rappelle également son objectif d’éliminer à terme ces émissions de gaz à effets de serre.

Certains observateurs considèrent cet objectif comme modeste au regard des ambitions fixées par l'Accord de Paris sur la lutte contre le changement climatique de 2016 : le secteur maritime, par lequel s’effectue 90 % du commerce mondial, est à l’origine, selon le site d’information actu.environnement.com de « 3% des émissions mondiales annuelles, soit l'équivalent des émissions totales de l'Allemagne », pays qui est le 6ème émetteur mondial. « En 2020, elles atteindront près de 1000 millions de tonnes de CO2, soit plus du double que leur niveau de 1990. En 2050, elles représenteront, à ce rythme, 17% des émissions globales de CO2 », poursuit le site.

D’autres préfèrent y voir une avancée prometteuse pour un secteur qui s’était tenu en retrait, jusqu’à présent, dans ce domaine, malgré des initiatives prises par certains armateurs.

« Une étape importante dans la décarbonation du transport maritime international »

Dans un communiqué publié par le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères au lendemain de cette adoption, la France n’a d’ailleurs pas manqué de saluer cette avancée. L’OMI « y œuvrait depuis plusieurs années et avait pris l’initiative, lors du "One Planet Summit" du 12 décembre 2017, de proposer avec les îles Marshall une déclaration en ce sens soutenue par 48 Etats » rappelle le Quai d’Orsay.

Cette stratégie place le transport maritime sur la voie d’une réduction de l’intensité carbone d’au moins 40 % d’ici à 2030, dans la perspective d’une réduction de 70 % d’ici à 2050 et d’une réduction absolue du volume des émissions d’au moins 50 % en 2050 par rapport à 2008. « Il s’agit d’une étape importante dans la décarbonation du transport maritime international, en cohérence avec les objectifs de l’accord de Paris, et dans la mobilisation des industries concernées pour y parvenir », estime le Quai d’Orsay, qui indique que si rien n’avait été était entrepris, ces émissions auraient pu augmenter de 50 à 250 % d’ici 2050.

Dans un communiqué, le premier armateur français et numéro 3 mondial du secteur, le groupe CMA CGM, a lui aussi salué la nouvelle, rappelant à cette occasion qu’après avoir réduit de 10 % ses émissions de CO2 en 2017, il s’était fixé comme «  objectif ambitieux de réduction supplémentaire de 30% entre 2015 et 2025 ». Pour atteindre cet objectif, CMA CGM a été le premier groupe de transport maritime au monde à décider d’équiper ses futurs porte-conteneurs de 22000 EVP de moteurs au gaz naturel liquéfié (GNL) en lieu et place du très polluant mazout.

Desk Moci

*Le communiqué final est consultable en français sur le site de l'organisation : www.imo.org

Pour prolonger :
-
Commerce mondial : de bonnes perspectives menacées par le protectionnisme (OMC)
-Commerce mondial : la France 8ème exportateur de biens, 4ème pour les services
-Transport maritime / International : le commerce maritime connaît une embellie, selon la Cnuced

Et aussi notre nouveau Guide 2018 logistique & du transport à l’international, avec les dernières tendances du maritime.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >