Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Réglementations

Dans un souci de transparence et en vue d'apporter une information la plus détaillée et la plus exacte possible, la Commission européenne
a annoncé le 22 février qu'elle envisageait de saisir la cour de Justice de l'Union européenne pour juger si l’accord commercial
anticontrefaçon (ACTA)* est compatible avec les droits
fondamentaux de l’Union européenne que sont la liberté d’expression et
d’information, la protection des données, et le droit à la propriété intellectuelle.

Cet accord, qui vise à lutter contre les
atteintes aux droits de propriété intellectuelle (DPI) au niveau international pour protéger les pays développés dont l'économie souffre de la contrefaçon et du piratage, a fait l'objet de controverses. Les opposants au projet estiment qu'il favorisera les grandes entreprises au détriment des droits des citoyens et ont abondamment critiqué cet accord notamment via blogs et réseaux sociaux ces dernières semaines.

Le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht souhaite, en sollicitant l'avis de la cour de Justice de l'Union européenne, clarifier de façon indépendante la légalité de cet accord. Selon le commissaire européen, l'ACTA ne va pas censurer ou
fermer les sites web, entraver
la liberté de l’Internet et la liberté d’expression.
"Le procéssus de
ratification de l’ACTA par les gouvernements nationaux a soulevé un large débat en Europe sur la liberté de l’Internet, et l’importance pour nos économies de protéger en Europe la
propriété intellectuelle" a-t-il notamment déclaré. "La propriété intellectuelle,
a indiqué le commissaire, est la principale matière première de l’Europe, mais
le problème réside dans le fait qu'actuellement nous avons des difficultés à la protéger en
dehors de l’Union européenne". Selon lui, le texte aidera à protéger les
emplois qui sont actuellement perdus car contrefaits et victimes des marchandises piratées
qui circulent sur les marchés
mondiaux, et dont la valeur atteint, selon lui, 200 milliards d’euros.

Venice Affre

*Accord commercial négocié entre l'Union européenne, ses Etats membres, l'Australie, le
Canada, la république de Corée, les Etats-Unis, le Japon, le Maroc, le Mexique, la
Nouvelle-Zélande, Singapour et la Suisse.


Pour en savoir plus :

Sur l'ACTA : http://ec.europa.eu/trade/creating-opportunities/trade-topics/intellectual-property/anti-counterfeiting/

Consulter en bas de page le texte de l'accord en PDF

Retrouvez tous les contenus MOCI sur l'Union européenne dans le GPS Business en tapant "Union européenne" dans l'onglet "Où"

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >