Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Covid-19 / Mobilité : ce qu’il faut savoir de la mise en place de mesures sanitaires aux frontières
© Ramcreativ-Fotolia.com
Pays & marchésRéglementations

L’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne (UE) et la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) + la Mauritanie sera-t-il finalisé avant la date limite du 1er octobre 2016 ? Bien que les chefs d’État de la Cedeao aient signé l’APE le 10 juillet 2014 – au dire de certains, sous la pression du président ivoirien Alassane Ouattara, ancien numéro 2 du FMI - rien n’est moins sûr. Dans plusieurs pays de la zone, comme la Côte d’Ivoire et le Ghana, on ne cache pas une certaine inquiétude. En effet, si l’accord n’était pas finalisé, a-t-on expliqué à la Lettre confidentielle du Moci à Abidjan et Accra, ces deux pays perdraient le taux zéro à l’entrée de leurs produits sur le marché européen. Du moins en théorie, car la Côte d’Ivoire sentant venir la catastrophe a anticipé, en concluant un accord de partenariat intérimaire, aujourd’hui ratifié par son Parlement. Ce qui n’est pas le cas du Ghana, qui, contrairement à son voisin francophone, après avoir dit oui à ce type d’accord, semble s’en désintéresser. Aujourd’hui, le temps presse, car le Parlement ghanéen ne devrait plus aborder cette question après juillet...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 184
diffusée le 17 mars 2016 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >