fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

12 décembre 2019

UE / Commission : l’influence de la France progresse à Bruxelles

Le 1er décembre, la nouvelle Commission dirigée par Ursula Von Der Leyen a pris ses fonctions à Bruxelles. Si son investiture marque le début d’une nouvelle ère, elle sonne aussi la fin d’une partie d’échec, qui s’est jouée en coulisses entre dirigeants européens, dont Emmanuel Macron, pour placer leurs pions aux plus hautes fonctions des institutions communautaires. Le président français a-t-il gagné son pari d’accroître l’influence de la France dans ces instances ? La réponse est plutôt positive, mais à nuancer. Des appuis à la Commissions, des ennemis au Parlement Parfois loué, souvent critiqué pour son activisme, Emmanuel Macron a joué un rôle central dans cette course aux ‘tops jobs’ européens. Après d’âpres négociations sur le choix du futur président de l’exécutif, c’est lui qui a proposé de désigner l’ex. ministre d’Angela Merkel à ce poste obtenant, en retour, la nomination de Christine Lagarde à la tête de la Banque Centrale Européenne (BCE). Avec le libéral belge, Charles Michel, à la présidence du Conseil, et le socialiste espagnol, Josep Borrell, comme chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE) - tous deux partageant une vision de l’Europe assez similaire à celle défendue par le Président...

L'accès à la totalité de l'article (1144 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé