fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • LE SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X
X

États-Unis / UE : les exportateurs de vins « pris en otages » du conflit Airbus

La Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS) n’a pas été longue à réagir, après la décision des États-Unis d’inclure les vins français dans les produits auxquels serait appliquée une surtaxe de 25 %, à compter du 18 octobre. « Nous nous sentons pris en otages, alors qu’évidemment nous ne sommes pas concernés par le différend entre Américains et Européens sur l’aéronautique et le jugement de l’Organisation mondiale de commerce qui a considéré comme illégales les subventions accordées à Airbus pour ses gros porteurs », a expliqué, le 3 octobre devant la presse à Paris, Antoine Leccia, actuel président de la Fevs. Un milliard d’euros d’exportations françaises visé Pourtant d’un naturel souriant, le patron du groupe Advini avait la mine des mauvais jours et la gorge sèche. Il est vrai que les États-Unis sont le premier marché des boissons de la France, avec 3,47 milliards d’euros de ventes en 2018. Ce chiffre représentait au demeurant 9 % de l’ensemble des exportations françaises aux États-Unis (38,4 milliards). Certes, toutes les boissons alcoolisées ne sont pas sanctionnées. Sont épargnés les spiritueux, les effervescents et, parmi les vins tranquilles, ceux à plus de 14 % et conditionnés en...

L'accès à la totalité de l'article (904 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
États-Unis / UE : les exportateurs de vins « pris en otages » du conflit Airbus
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >