Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Chine / Conjoncture : les objectifs de X. Jinping remis en cause par le coronavirus, table ronde Chine colloque Coface
© François Pargny

Chine / Conjoncture : les objectifs de X. Jinping remis en cause par le coronavirus

6 février 2020


En Chine, la conjoncture économique s’annonce difficile. Les objectifs du président Xi Jinping, en raison de l’épidémie de coronavirus, pourraient ne pas être atteints. A savoir l’éradication totale de la pauvreté absolue d’ici 2020 et le doublement en dix ans du revenu par habitant depuis 2010. « Pour un parvenir, il faudrait une croissance annuelle de 5,7 %. Or, le FMI prévoit désormais moins de 5 % », pointait Alicia Garcia Herrero, cheffe économiste Asie-Pacifique de Natixis, lors du colloque Risques pays Coface 2020, organisé, le 4 février, au Carrousel du Louvre. Une prévision partagée par de nombreux autres observateurs. A. Garcia Herrero (Natixis) : « le plus dangereux », c’est « la crise de confiance » Pour cette économiste espagnole, basée à Hong Kong, « le plus dangereux n’est pas tant la crise économique que la crise de confiance qui risque de se diffuser dans la région ». C’est pourquoi elle s’attend à l’annonce « d’un plan de relance gigantesque », ce qui pourrait, néanmoins, se révéler dangereux dans la mesure où le pays est très endetté. D’après Coface, l’endettement total, essentiellement du fait d’entreprises publiques en surcapacité, représente 260 % du produit intérieur brut (PIB)....

L'accès à la totalité de l'article (1010 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé