Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

‘Brexit’ / Modalités pratiques : les Britanniques gardent la main mise sur le calendrier européen

30 juin 2016


Alors qu’une nouvelle page se tourne dans l’histoire de la construction européenne, les étapes qui jalonneront le calendrier de la procédure de divorce entre Londres et Bruxelles restent sujettes à de nombreuses interrogations. La Lettre confidentielle fait un point sur les modalités pratiques possibles de cette sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) après la victoire du « leave » lors du référendum britannique du 23 juin sur le 'Brexit'. L'article 50 du traité de Lisbonne Conformément au traité sur le fonctionnement de l’UE, on sait déjà que la balle est désormais dans le camp des Britanniques. Avant de lancer les discussions avec l’UE pour fixer les modalités de la séparation, ils doivent enclencher l’article 50 du traité de Lisbonne par une notification officielle. Mais quelques jours après l’annonce des résultats du référendum, David Cameron - Premier ministre démissionnaire - a refusé d’être celui qui lancera le compte à rebours, malgré l’insistance de ses homologues. Autrement dit, « nous sommes à nouveau tributaires de leur bon vouloir », s’agaçait un diplomate français à Bruxelles, inquiet des conséquences de cette incertitude sur des les marchés financiers. Motif de ce peu d’empressement des...

L'accès à la totalité de l'article (946 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé