fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

6 février 2014

Indonésie : les besoins du 4e marché mondial

En l’espace de quinze ans, ce grand archipel d’Asie a réussi son pari démocratique. Reste à compléter ou à transformer ce succès politique en réussite économique. Disposant du quatrième marché mondial, avec une population de 240 millions d’habitants, il doit maintenant concrétiser son entrée dans le club des économies émergentes.L’Indonésie vivra cette année un tournant politique. Après dix ans au sommet de l’État, le quatrième président de la République depuis la chute du régime Suharto en 1998, Susilo Bambang Yudhoyono, ne pourra, conformément à la Constitution, briguer un troisième mandat de cinq ans. également issu des rangs du Parti démocrate, c’est un homme très populaire, Joko Widodo, gouverneur de la capitale Djakarta, qui pourrait l’emporter, lors du scrutin du 9 juillet prochain. « Le Parti démocrate est nationaliste, mais Joko Widodo n’est pas un nationaliste borné », affirmait François Raillon, directeur de recherche au CNRS et fondateur du Centre Asie du Sud-est (Case), lors d’un petit déjeuner, organisé à Paris le 10 janvier, par le Club du Cepii (Centre français d’étude et de recherche en économie internationale). Des propos que ne doivent pas prendre à la légère les investisseurs étrangers, car...

Il vous reste 70% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 7 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres