fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

18 septembre 2014

Le Brésil à l’heure d’une transition annoncée

Une opposition donnée gagnante dans les sondages, une économie en récession, un malaise social persistant et une industrie confrontée a un grave problème de compétitivité. Quel que soit le président de la République élu en octobre, des changements seront nécessaires. Le potentiel d’affaires pour les entreprises françaises demeure intact dans un contexte de plus en plus concurrentiel. L’année 2014 est celle de la transition pour le Brésil et ce à plus d’un titre. Le 5 octobre, les électeurs brésiliens se rendront aux urnes pour élire leur président de la République, un deuxième tour étant éventuellement prévu le 26 octobre. Ils éliront également leurs gouverneurs, leurs députés, une partie des sénateurs et les parlementaires des assemblées des États. Comme en France, l’élection présidentielle est le moment décisif de la vie politique brésilienne. Cette année, le scrutin va prendre un relief particulier car il pourrait déboucher sur un changement politique de grande ampleur. Colistière du candidat socialiste Eduardo Campos, la leader écologiste Marina Silva, qui avait déjà été candidate en 2010 et avait rassemblé près de 20 millions de voix au premier tour, a pris le relais de ce dernier qui est décédé dans un accident...

Il vous reste 83% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 2 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres