Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© J. Saade
Transports & logistique

Actuellement en voyage inaugural entre l’Asie et l’Europe après être entré en flotte le 22 septembre, le porte-conteneurs Jacque Saadé (du nom du fondateur du groupe CMA CGM) a fait escale le 9 novembre à Hambourg. C’est une première dans l’histoire de la marine :  ce porte-conteneurs de 23 000 EVP est actuellement le seul navire de cette taille (400 mètres de long, 61 mètres de large et 78 mètres de haut) à être propulsé au GNL (gaz naturel liquéfié).

Une manière pour l’armateur français de montrer son engagement en matière de lutte contre le changement climatique. Le GNL est en effet un carburant qui permet de réduire les émissions de CO² de 20 % par rapport à une motorisation au fuel. Grâce au GNL et à d’autres innovations permettant d’économiser les énergies, la compagnie maritime envisage d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

En attendant, hormis le Jacques Saadé, les cargos et porte-conteneurs qui sillonnent le globe utilisent dans leur immense majorité du pétrole dit bunker, un résidu visqueux du pétrole, aussi lourd que difficile à brûler et contenant beaucoup de soufre. Il a été progressivement cantonné au transport maritime en raison des pluies acides qu’il provoquait.

Depuis le 1er janvier 2015, dans la mer Baltique, la mer du Nord et la Manche, la teneur maximum de soufre a été abaissée à 0,1 % du carburant (il se situe plutôt autour de 3 % sinon). L’Amérique du Nord et quelques régions de Chine ont depuis fait de même. Des décisions qui ont donné un coup d’accélérateur aux innovations pour « verdir » les activités de ce secteur.

Sophie Creusillet

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >