fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© John Kehly
Pays & marchés

Cet article a fait l'objet d'une Alerte diffusée le 3 juillet aux abonnés de la Lettre confidentielle.

Qualifié « d’historique » par les uns, il fait figure de bête noire pour les autres. L’accord commercial entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur signé le 28 juin, après deux décennies de laborieuses négociations, a eu droit à un accueil contrasté au sein du bloc européen, alors que la Commission européenne met en avant les bénéfices de part et d’autre d’un texte dont le contenu n’est pas encore rendu public dans le détail.

Salué par le patronat européen, la conclusion du traité commercial représente une véritable aubaine pour les constructeurs automobiles « qui pourront tirer profit de la réduction des droits de douane dans les pays du Mercosur », aujourd’hui fixés à 35 %, souligne un communiqué de l’ACEA, l’association qui représente les intérêts du secteur en Europe.

Mais l’ouverture du marché des quatre pays sud-américains (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) aux biens industriels « Made in EU » ne se fera pas sans contreparties dans le secteur agricole...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 335
diffusée le 4 juillet 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >