fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© JEGAS RA-Fotolia.com
Pays & marchésRéglementations

Le verdict est tombé mardi 5 juillet à Strasbourg : à l’issue d’une réunion du collège des commissaires, l’exécutif européen à annoncé que le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), l’accord de libre-échange conclu à l’automne 2014 avec le Canada, devrait être considéré comme un accord mixte et non pas de la compétence exclusive de l’Union européenne (UE). Une différence qui n’est pas seulement sémantique : un accord non mixte nécessite seulement l’aval du Parlement européen et des États membres. Selon la formule finalement retenue, l’accord exigera aussi le feu vert des parlements nationaux pour être ratifié côté européen.

« Sur le plan juridique, il s'agit d'un accord européen, mais la Commission a décidé de le proposer comme un accord mixte », a expliqué Cecilia Malmström, la commissaire européenne au Commerce. Une décision plus politique que technique donc. Face à la fronde de plusieurs États membres, dont la France –qui s’est félicitée de la décision de Bruxelles- et l’Allemagne, la Commission a joué la carte de la prudence...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 200
diffusée le 7 juillet 2016 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >