fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Union européenne   •   France   •   Commerce   •   Brexit   •   Commerce extérieur   •   Afrique   •   Diplomatie économique   •   Cian   •   G7 Biarritz   •   États-Unis   •   
23 novembre 2017

R. Jaguaribe (Apex-Brasil) : « C’est mûr pour un accord UE-Mercosur »

© F. Pargny

Présidant l’Apex Brasil depuis juin 2016, Roberto Jaguaribe (notre photo) était auparavant ambassadeur de son pays en Chine et au Royaume-Uni. Ce fin diplomate, qui fut aussi ministre conseiller aux États-Unis, a participé à Genève à l’élaboration de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), ancêtre de l’OMC. Lors de son passage à Paris, il a expliqué en français sa vision des relations entre le Mercosur et l’Europe, de l’avenir politique et économique de sa patrie et les priorités du Brésil en matière d’IDE.

 

Le MOCI. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker souhaite qu’un accord de libre-échange soit signé avant la fin de l’année avec le Mercosur*. Qu’en pensez-vous ?

Roberto Jaguaribe. Cet accord sera une extension naturelle des relations très importantes qu’on a toujours maintenues entre les deux régions. L’UE est le partenaire commercial et l’investisseur le plus important du Mercosur. À mon avis, il est encore plus important pour l’Europe que pour l’Amérique latine. Mais il y a un blocage majeur dans l’agriculture. L’Europe a des préoccupations exagérées mais qui se transforment parfois en affabulation en ce qui concerne les conditions de production du Brésil et de l’Argentine, par exemple, s’agissant des conditions sanitaires. Non, le Brésil ne produit pas de poulets aux hormones...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 261
diffusée le 23 novembre 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, exceptionnellement en accès gratuit, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >