Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Imillian-Fotolia.com
Pays & marchés

La deuxième vague de la pandémie de Covid-19 risque de stopper net le rebond du commerce extérieur, qui, malgré le creusement du déficit, était de bon augure pour la relance de l'économie.

Ainsi, au troisième trimestre, alors que, selon la Banque de France, la balance des échanges de services reste excédentaire de +2,1 Mds euros, le déficit de la balance des biens a atteint un niveau historique, à -20,5 Mds euros, selon les chiffres publiés aujourd’hui par la Douane (voir le document attaché à cet article). Et ce malgré une reprise significative des exportations.

« Les flux commerciaux reprennent vivement depuis la fin du confinement et de la limitation des mesures restrictives visant à enrayer la crise sanitaire Covid-19, sans pour autant retrouver les niveaux d’avant-crise », commente la Douane. Les exportations de biens, en progression de + 29,4 %, par rapport au trimestre précédent, ont atteint 108,5 Mds euros au troisième trimestre et les importations 129 Mds d’euros (+ 23,7 %).

Les ventes de produits manufacturés repartent à la hausse

La nette reprise des exportations, après une chute de _28,9 % au deuxième trimestre, est essentiellement tirée par le dynamisme des ventes d’automobiles (+ 131,9 %), en particulier vers les pays européens, ainsi que celles de l’aéronautique (+ 80,4 %).

La hausse des exportations concerne également l’énergie (+ 37,1 %) et, dans une moindre mesure, les équipements mécaniques, électroniques et informatiques (+ 26,1 %) et les autres produits industriels (+ 21,5 %), portés par la reprise du secteur du luxe (+ 149,8 % pour les articles de joaillerie et de bijouterie, + 60 % pour le cuir, bagages et chaussures, + 42,4 % pour les parfums et cosmétiques).

A contrario de ce mouvement général de rattrapage, les exportations de produits agricoles, moins affectés par la crise sanitaire, ont reculé de -12,1 %, principalement en raison de la baisse des exportations de blé.

L’amélioration du solde commercial se concentre sur l’Asie et l’Amérique

Si cette reprise des ventes internationales des biens tricolores s’explique par un renouveau de la demande européenne, l’amélioration du solde commercial, lui, se concentre sur l’Asie et l’Amérique.

Le solde commercial français avec les pays tiers rebondit en effet de °2,3 Mds euros au 3ème trimestre 2020. L’essentiel de cette amélioration est porté par l’Asie : la Chine (+ 1,4 Md) avec la diminution des importations de masques, Hong Kong (+ 0,7 Md) et Singapour (+ 0,4 Md) en raison d’une forte hausse des exportations de produits aéronautiques et de de luxe.

De même, le solde commercial français s'améliore avec le Royaume-Uni (+ 1 Md), après une dégradation au 2ème trimestre (- 1,6 Md) et avec les États-Unis (+ 0,5 Md).

Malgré un regain de l’activité économique européenne au troisième trimestre, le solde de la balance commerciale française reste structurellement déficitaire avec les pays de l’Union, à - 13,4 Mds euros, compte tenu du rebond important des importations et des exportations (respectivement + 30,4 % et + 30,9 %). Le solde se dégrade particulièrement avec l’Italie (- 1,3 Md), et dans une moindre mesure avec l’Allemagne (- 0,2 Md) et l’Espagne (- 0,5 Md).

Bonne nouvelle cependant : au troisième trimestre le rebond et la progression des exportations ont très largement dépassé la demande mondiale adressée à la France (+ 10 %), ce qui signifie le gain presque complet des parts de marché perdues pendant la crise.

Sophie Creusillet

3t2020
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >