fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© F. Pargny
Pays & marchés

A l’occasion du Salon international de l’alimentation (Sial), du 21 au 25 octobre à Villepinte, Roberto Jaguaribe, le président de l’Agence brésilienne de promotion des exportations et des investissements (Apex Brasil), a reçu Le Moci. Cet ancien ambassadeur du Brésil en Chine et ministre conseiller aux États-Unis, se montre confiant en la capacité de son pays à attirer les investissements étrangers, quel que soit le prochain président. Il s’inquiète, en revanche, de la guerre commerciale engagée entre ces deux pays, qui sont les principaux partenaires commerciaux du Brésil, alors qu'il juge les Européens « arrogants » dans leur approche des négociations commerciales avec le Mercosur.

Le Moci : le 28 octobre, c’est un homme très controversé hors du Brésil, Jair Bolsonaro*, qui a toutes les chances d’être élu pour succéder au président Temer. L’attractivité du pays risque d’en souffrir. Et l’objectif de ce candidat que le Brésil sorte de l’Accord de Paris sur le climat, s’il est maintenu, ne met-il pas un point final aux chances d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur** ?

Roberto Jaguaribe : je ne commenterai évidemment pas les chances des différents candidats, Jair Bolsonaro et Fernando Haddad***. Ni l’objectif du premier que vous citez, à considérer qu’il soit réalisé.
Cela dit, je ne vois pas pourquoi l’Union européenne ne négocierait pas avec le Brésil et le Mercosur, alors qu’elle négocie avec les États-Unis, qui, eux, sont déjà sortis de l’Accord de Paris. Ce serait curieux, non ?
Par ailleurs, ce que je constate, c’est que le dollar est passé de 4,2 rials à 3,7 et que la Bourse a gagné. Le candidat Jair Bolsonaro ne fait donc pas peur aux investisseurs, je dirai même que c’est plutôt Fernando Haddad qui fait peur. Même si ce n’est que le marché financier, c’est un indicateur intéressant que l’on peut vérifier en matière d’investissement...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 301
diffusée le 25 octobre 2018 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >