Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchésRéglementations

En déplacement à Bruxelles aujourd'hui 3 septembre, Nicole Bricq, ministre français du Commerce extérieur, a fait passer à Karel de Gutch, commissaire européen au Commerce, un message de fermeté du gouvernement français concernant les accords de libre-échange.

Selon un communiqué publié par Bercy, elle a notamment affirmé "que la France poserait quatre conditions à l’acceptation des accords de libre échange en cours de négociation ou en projet (Canada, Etats-Unis, Japon…) : réciprocité, effet positif sur l’emploi en France, respect d’un haut niveau d’exigence sociale et environnementale et ouverture progressive avec mesures de sauvegarde efficaces et rapides pour les secteurs sensibles".

Selon le communiqué, la ministre a "insisté auprès de la Commission pour que la clause de surveillance demandée par la France soit mise en oeuvre dans les plus brefs délais" en ce qui concerne l'ALE UE-Corée du Sud sur l'automobile. Nicole Bricq a par ailleurs confirmé le soutien de Paris à la proposition de la Commission de faciliter l'accès des entreprises européennes aux marchés publics internationaux en introduisant la possibilité d’exclure de la procédure d’appel d’offres européenne les pays dont les marchés publics sont fermés aux entreprises européennes.

Pour prolonger :
Nos actualités et dossiers sur les accords de libre échange ici

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >