fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© bluedesign - Fotolia.com
Entreprises & secteursPays & marchésRéglementations

À huit mois à peine de l'échéance du 'Brexit', le 30 mars 2019 à 00H00, la Commission bat le rappel des États membres, de leurs administrations et des entreprises pour intensifier les préparatifs de ce retrait car quoiqu'il arrive à l'issue des négociations incertaines entre Bruxelles et Londres - pas d'accord de retrait du tout, hard ou soft 'brexit'-, « le 30 mars 2019, le Royaume-Uni quittera l'UE et deviendra un pays tiers » souligne la Commission européenne dans un communiqué publié le 19 juillet, à l'occasion de la diffusion d'une "communication" sur les préparatifs concrets à mener d'ici l'échéance à tous les niveaux.

Autrement dit, le lendemain 1er avril à 00H01 précisément, tout aura changé : « cela aura des répercussions sur les citoyens, les entreprises et les administrations tant au Royaume-Uni que dans l'UE, détaille le communiqué. Ces répercussions concernent tout aussi bien l'introduction de nouveaux contrôles aux frontières extérieures de l'UE avec le Royaume-Uni que la validité des permis, attestations et autorisations émis au Royaume-Uni, ainsi que les différentes règles applicables aux transferts de données ».

Se préparer à tous les niveaux et à toutes les issues

Alors que la situation politique devient confuse à Londres, où la Première ministre Theresa May ne parvient pas à imposer ses vues pour un 'soft Brexit', la Commission semble donner ainsi le signal qu'il est temps d'accélérer. D'où cette communication qui fait suite à une demande du Conseil européen (article 50) en juin dernier d'intensifier leurs travaux pour se préparer à tous les niveaux et à toutes les issues.

Le ton du communiqué est plutôt alarmiste quant à l'issue incertaine des négociations : « l'UE travaille jour et nuit pour trouver un accord qui garantira un retrait ordonné, mais le retrait du Royaume-Uni provoquera assurément des perturbations - par exemple pour les chaînes d'approvisionnement des entreprises - qu'un accord soit trouvé ou non, souligne le communiqué. Puisqu'on ne sait toujours pas avec certitude s'il y aura un accord de retrait ratifié à cette date, ni ce qu'il contiendra, les préparatifs se poursuivent pour essayer de faire en sorte que les institutions de l'UE, les États membres et les acteurs privés soient prêts pour le retrait du Royaume-Uni ».

La Commission rappelle qu'il y a deux principaux scénarios possibles :

  • si l'accord de retrait est ratifié avant le 30 mars 2019, le droit de l'UE cessera de s'appliquer dans le et au Royaume-Uni à partir du 1er janvier 2021, c'est-à-dire après une période de transition de 21 mois;
  • si l'accord de retrait n'est pas ratifié avant le 30 mars 2019, il n'y aura pas de période de transition et le droit de l'UE cessera de s'appliquer dans le et au Royaume-Uni à partir du 30 mars 2019. Il s'agit là du scénario du « no deal » ou de la « rupture brutale ».

Le point sur les chantiers déjà menés à bien par Bruxelles

Pour sa part, la Commission a mené à bien plusieurs chantiers concrets ces derniers mois : examen de l'ensemble de l'acquis de l'Union (corpus législatif de l'UE) afin d'examiner si des changements étaient nécessaires à la lumière du retrait du Royaume-Uni; adoption (et adoptera si nécessaire) à cet effet des propositions législatives ciblées spécifiques afin de garantir que les règles de l'UE continueront de bien fonctionner dans une Union des 27, après le 'Brexit'; publication d'une soixantaine de communications sectorielles sur les conséquences de l'absence d'un accord de retrait.

Enfin, elle a préparé le rapatriement sur le continent de plusieurs organisations de l'UE : le 30 mars 2019 au plus tard, les deux agences européennes basées à Londres - l'Agence européenne des médicaments et l'Autorité bancaire européenne - ainsi que d'autres organismes européens comme le Centre de surveillance de la sécurité Galileo, quitteront le Royaume-Uni et un certain nombre de tâches accomplies par les autorités britanniques devront être réaffectées à d'autres États membres.

Desk Moci

Pour en savoir plus :
Le texte (en anglais) de cette communication est dans le document Pdf attaché à cet article. Il a été publié avec des annexes que l'on peut télécharger au lien suivant : https://ec.europa.eu/info/publications/preparing-withdrawal-united-kingdom-european-union-30-march-2019_en

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >