fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • La Lettre confidentielle

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 1

Pourquoi moins de 10 %
des entreprises qui exportent
utilisent l’assurance prospection ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 2

Les incoterms, c’est quoi ?
Et ça sert à quoi ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 3

Où trouver les bonnes formules
de votre lettre en anglais ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 4

Comment former
un salarié
à l’export ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

X
X

Entreprises & secteurs

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Commerce extérieur   •   Bpifrance   •   France   •   Export   •   Union européenne   •   États-Unis   •   ETI   •   PME   •   Guerre commerciale   •   Business France   •   
13 mai 2019

Risques Clients / Conjoncture : le délai de paiement moyen recule au niveau mondial

© Imillian-Fotolia.com

C’est plutôt une bonne nouvelle pour les credit manager, mais elle est à nuancer au regard des facteurs explicatifs et des fortes disparités constatées d’une zone géographique à l’autre : selon la dernière étude d’Euler Hermes sur l’évolution DSO (Days of sales outstanding) dans le monde*, le délai moyen de paiement à l’échelle mondiale a reculé d’un jour en 2018, pour s’établir à 65 jours. Plutôt une bonne surprise puisque l’assureur-crédit anticipait au contraire une augmentation de ce délai de un jour dans son étude de mai 2018.

Le recul du DSO mondial en 2018 s’explique, pour Euler Hermes, par le fait que les opérateurs ont resserré eux-mêmes leurs conditions de crédit, constatant le ralentissement de la croissance mondiale et la montée des inquiétudes face au risque de guerre commercial généré par les politiques protectionnistes des Etats-Unis.  C’est aussi cette anticipation d'une conjoncture moins favorable (poursuite du ralentissement, tensions commerciales) qui devrait conduire, selon Euler Hermes, à un nouveau recul du DSO en 2019 dans les mêmes proportions à 64 jours (- 1 jour).

« En 2017, les délais moyens de paiement dans le monde ont atteint 66 jours, soit le plus haut niveau observé en 10 ans, analyse ainsi Marc Livinec, analyste sectoriel chez Euler Hermes et auteur de l’étude. Mais en 2018, les entreprises ont ressenti les premiers signes de ralentissement de l’économie mondiale. Dans un élan de prudence, elles ont imposé des délais de paiement plus courts à leurs clients. Nous estimons que le même scénario se répétera en 2019, d’où ces deux années consécutives de contraction du DSO à l’échelle mondiale ».

Derrière cette moyenne, toutefois, se cachent de fortes disparités, entre la Chine, qui, malgré un recul de son DSO moyen de 1 jour en 2018, reste la plus mauvaise élève avec 92 jours, et la Nouvelle Zélande, meilleur élève avec 47 jours. De même, par secteur, l’écart va du simple au double entre le commerce de détail (30 jours) et l’électronique (89 jours).

Par pays, une divergence Nord-Sud

Deux groupes de pays se distinguent nettement par leurs pratiques :

- Au Nord, les pays pratiquant les délais de paiement les plus courts et dont certains ont réduit nettement leur DSO : en 2018, ils se situent essentiellement en Amérique du nord et en Europe du Nord mais on compte quelques pays du sud.

Les Etats-Unis et le Canada affichent ainsi des DSO en baisse e 1 à 3 jours s’établissant respectivement à 67 et 68 jours.

Également dans ce groupe, les pays d’Europe du nord dont les DSO sont en baisse de 1 à 5 jours selon les cas, et se situent largement en dessous de la moyenne mondiale : Norvège (53 jours), Royaume-Uni (52 jours), Allemagne (54 jours), Pologne (59 jours) et Belgique (59 jours), Suisse (50 jours).

Quelques pays du Sud, en Afrique, Asie et Amérique latine font toutefois également partie de ces pays vertueux :  Afrique du sud (48 jours), Chili (61 jours), Hong Kong (63 jours), Corée du Sud (63 jours).

- Au Sud, les pays dont les DSO, déjà supérieurs à la moyenne mondiale, s’allongent de 1 à 5 jours : en 2018, ils se situent essentiellement sur le pourtour méditerranéen.

On y trouve la France, dont le DSO s’accroît de 2 jours à 73 jours, ainsi que la Grèce (90 jours), l’Italie (86 jours) et l’Espagne (78 jours). Le Maroc est également dans ce groupe (84 jours, + 2).

Hors de la Méditerranée, l’Inde est également concernée avec 67 jours (+ 1 jour).

Les autres pays : évolutions contrastées

Hors de ces deux grands groupes, les pays se partagent entre ceux dont le DSO est en dessous de la moyenne mais s’aggrave et ceux dont le DSO est au-dessus de la moyenne mais s’améliore :

- DSO élevés mais stabilisés ou en amélioration :  Portugal (73 jours, stable), Arabie Saoudite (77 jours, stable), Chine (92 jours, - 2), Japon (71 jours - 1), Taiwan (74 jours, - 2), Turquie (79 jours, - 2), Singapour (69 jours, -3), Roumanie (66 jours, -5).

- DSO faible mais stabilisé ou en dégradation : Autriche (49 jours stable), Danemark (52 jours), Suède (57 jours), Bulgarie (63 jours, stable), Brésil (64 jours stable), Australie (55 jours, +1 jour), Pays-Bas (53 jours +4), Russie (56 jours, -2).

Secteurs : le BtoC affiche des délais plus longs que le BtoB

Par grands secteurs, Euler Hermes relève également que deux groupes se distinguent :

-Les secteurs « Business to Consumer », qui ont des délais généralement plus courts, ont connu plus d’aggravations de DSO que les secteurs industriels « Business to Business » (BtoB) : biens de consommation (58 jours, + 1), produits pharmaceutiques (82 jours, + 1), et télécommunications (54 jours, + 1).

-Les secteurs BtoB ayant généralement des délais plus longs affichent au contraire davantage d’amélioration de DSO, signe qu’ils anticipent une détérioration de la conjoncture : construction (82 jours, - 3 jours), électronique (89 jours, - 2), technologies (73 jours, - 2), machines (86 jours, -1), énergie (61 jours, - 2), chimie (72 jours, - 1).

Le secteur qui affiche globalement le meilleur DSO au niveau mondial en 2018 est le commerce de détail (30 jours), suivi des « autres services » (47 jours) et l’alimentation (47 jours).

Christine Gilguy

*The View, Economic Research, 09 may 2019. Cette étude couvre 36 pays dans le monde.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >