fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Ch. Gilguy
Entreprises & secteursPays & marchésRéglementations

Les trois sherpas d’Emmanuel Macron, de François Fillon et Benoît Hamon conviés le 20 mars par le Medef, lors d'une « matinale de la mondialisation » (notre photo), à dévoiler les orientations de leurs candidats à la présidentielle sur les questions de commerce international et d’internationalisation étaient d’autant plus attendus par les milieux d’affaires français que ces thèmes ont été jusqu’à présent soit à peine effleurés soit traités de façon caricaturale depuis le début de la campagne électorale*. Or, à l’heure du 'Brexit' et du protectionnisme à la Donald Trump, ces questions sont considérées comme fondamentales par des dirigeants d’entreprises très inquiets face à la montée du populisme et de la tentation du repli sur soi car ils restent convaincus, à l’instar de Pierre Gattaz, le président du Medef, que « si nous voulons faire repartir la croissance, la mondialisation est absolument fondamentale », quitte à en corriger les excès.

A entendre les trois sherpas s’exprimer sur les questions de libre-échange et de politique commerciale, ils auront pu être rassurés sur deux points : au moins ces trois candidats convergent-ils pour rejeter un protectionnisme à la Trump ou à la Le Pen et ne pas céder à la tentation d’un repli sur soi tant redouté, et œuvrer plutôt pour une mondialisation régulée avec une Europe davantage soucieuse de réciprocité, et plus démocratique et transparente dans ses processus de décision en matière de libre échange. Cerise sur le gâteau : ils sont tous les trois plutôt favorables à un « buy european act », c'est-à-dire une législation européenne réservant une part des marchés publics de l’Union européenne aux entreprises européennes, notamment les PME...
Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 231
diffusée le 23 mars 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >