fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Entreprises & secteurs

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Export   •   Moci   •   Entreprises   •   E-commerce   •   France   •   Commerce extérieur   •   Chine   •   États-Unis   •   Foires et salons   •   Palmarès MOCI   •   
25 mars 2019

Chine / UE : les données sur les investissements étrangers qui inquiètent les Européens

© Regormark-Fotolia.com

Avec 35 % du total de ses actifs aux mains d’entreprises étrangères, l’UE est sans conteste l’une des économies les plus ouvertes au monde. La part des investissements directs étrangers (IDE) n’a d’ailleurs pas cessé d’augmenter au cours de ces 10 dernières années avec un rythme de progression de +10 % - notamment dans les secteurs clés - souligne un rapport publié le 13 mars dernier par la Commission européenne. Des indicateurs qui « illustrent la nécessité d’une mise en œuvre effective du cadre de l’UE, récemment adopté, en faveur d’un meilleur filtrage des investissements étrangers », souligne un communiqué de l’institution.

Un changement de cap

Ce rapport est aussi un premier pas vers la mise en place de ce mécanisme de filtrage qui devrait être pleinement opérationnel fin 2020. En offrant un aperçu détaillé de l’origine des IDE, de leur répartition sectorielle et géographique ou des caractéristiques des entreprises détenues par des investisseurs étrangers, il pourrait en effet aboutir au filtrage de certains investissements, si ceux-ci devaient présenter un risque trop grand. « Nous ne sommes pas des naïfs du libre-échange », a insisté Jean-Claude Juncker, le président de la Commission...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 320
diffusée le 21 mars 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, exceptionnellement en accès gratuit, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

 

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >