fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Marie-Odile Fondeur, directrice générale d'Eurpain
© François Pargny
Entreprises & secteurs

C’est « un salon complètement repensé » que Marie-Odile Fondeur (notre photo), directrice générale d’Europain, a invité à découvrir, le 26 septembre, lors d’une conférence de presse de présentation de l’édition 2018, du 3 au 6 février au Parc des Expositions de Villepinte.

En l’occurrence, c’est « une vision horizontale » qui est proposée autour de trois concepts : « je fabrique », d’abord, regroupant équipements, matériels, ingrédients, matières premières ;  « je vends », ensuite, pour l’offre de solutions en matière de vente sur place ou à emporter, de packaging, promotion sur le lieu de vente (PLV), technologies digitales, agencement ; « je gère », enfin, réunissant les prestataires spécialisés dans le financement, l’aide juridique, les solutions de gestion du personnel, l’assurance ou encore la formation.

Ateliers d’informations et concours internationaux

Cette nouvelle sectorisation du Salon international de la boulangerie, pâtisserie, glacerie, chocolaterie et confiserie  arrive à point nommé, puisque la conjoncture est bonne en Europe, en particulier en France. L’Hexagone réalise aussi un quart des ventes en boulangerie à l’export. L’utilisation des boulangeries/sandwicheries varie fortement dans la journée selon le pays. D’après des données recueillies à juin 2017 pendant un an, les Britanniques raffolent des sandwiches au déjeuner, tandis que les Allemands surtout, mais aussi les Italiens et les Français aiment leurs viennoiseries matin et après-midi. Les Espagnols demeurent attachés au snacking de l’après-midi.

Au total, Europain accueillera 500 exposants sur une surface de 48 000 m2 dans le hall 6.  De nombreuses animations seront proposées, notamment autour de thèmes transversaux touchant l’international, comme « stratégies de lancement et d’export » ou « nouvelles opportunités de business et success stories ». Parmi les 80 intervenants déjà confirmés, Eric Kayser, P-dg de la Boulangerie Kayser, abordera le sujet du « développement à l’international », Maria Bertoch, experte du cabinet de marketing de NPD, traitera de «  l’état du marché international en boulangerie ». Certains débouchés géographiques feront l’objet également d’un atelier : l’Amérique latine par Mauricio Sandri, directeur d’Eurogerm Brésil, l’Amérique du Nord par Michel Suaz, membre du San Francisco Baking Institute, et l’Afrique par Lionel Villepontoux, directeur industriel des Grands Moulins de Dakar.

Enfin, des prix seront remis. En particulier, le célèbre chef pâtissier-chocolatier français Pierre Hermé présidera le Mondial des arts sucrés, un concours qui opposera des binômes mixtes de 16  pays sur le thème de « l’artisanat de luxe à la française ». « La plus grande boulangerie du monde, selon Marie-Odile Fondeur, qui accueillera ainsi 30 % de visiteurs internationaux », organisera également les Masters de la Boulangerie. L’an prochain, ils seront ainsi 18 Français et étrangers (Taïwanais, Américains…) à convoiter le titre de World Master Baker.

 

François Pargny

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >