fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

D.R.
CarrièresPays & marchés

Promouvoir les atouts offerts par le cluster scientifique Paris-Saclay (Essonne) auprès des chercheurs britanniques et étrangers installés au Royaume-Uni dans le contexte du Brexit et les inciter à s’installer sur le territoire essonnien. C’est l’enjeu de la campagne de communication « Paris-Saclay Calling » dévoilée en avant-première à la presse le 30 janvier et présentée au grand public ce 3 février.

À travers cette campagne (notre photo) qui fait référence au tube mythique London Calling du groupe punck rock britannique The Clash, le département de l’Essonne souhaite inciter les chercheurs désireux de rester dans l’Union européenne (UE) à rejoindre son territoire.

Car la sortie du Royaume-Uni de l’UE a des conséquences pour les chercheurs présents dans les universités britanniques qui aujourd’hui bénéficient de programmes de recherche financés par Bruxelles. « Beaucoup de chercheurs compte tenu du Brexit vont perdre des financements européens », a ainsi exposé François Durovray, président du département de l'Essonne.

Une campagne diffusée sur LinkedIn

En partenariat avec le guichet Choose Paris Region et ses partenaires (le conseil régional d’Île-de-France, la communauté d’agglomération Paris-Saclay etc.), le département a donc lancé une campagne inédite de promotion pour attirer chercheurs et scientifiques installés outre-Manche qu’ils soient de nationalité britannique ou étrangère.

Diffusée principalement sur les réseaux sociaux professionnels, la campagne de communication a été envoyée ce jour sur LinkedIn à 170 000 contacts identifiés par la Région et le département qui sont basés au Royaume-Uni et travaillent dans le domaine de la recherche. Objectif : leur « rappeler que Paris-Saclay est le premier cluster européen en terme de recherche », a déclaré François Durovray.

Cluster économique et scientifique d’envergure mondiale, Paris-Saclay concentre 20 % de la recherche nationale. Cette communauté universitaire à quelques encablures de Paris rassemble 65 000 étudiants, 15 000 chercheurs, 2 universités, 9 grandes écoles parmi lesquelles Polytechnique et l'École normale supérieure et 7 organismes de recherche dont le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives).

L’enjeu pour la région capitale est d’inciter les chercheurs à venir s’installer sur le long terme sur le territoire. « Nous avons toujours voulu positionner Saclay comme le village des chercheurs », a ainsi livré Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France.

V. Pécresse : « Saclay, c’est aussi rock’n roll que Londres »

Autre objectif de cette campagne : promouvoir les conditions d’accueil offertes par le département sur le territoire de Paris-Saclay. Au-delà de la qualité de ses chercheurs et de la présence de structures dédiées pour la Recherche & Développement à l’instar de Paris-Saclay, c’est plus largement le cadre de vie en Essonne que veulent promouvoir le département et la Région.

La première région de l’Hexagone à l’export comme à l’import mise sur la politique d'accueil des expatriés car si en Europe la France a toujours été en compétition avec le Royaume-Uni en matière d'attractivité des talents étrangers, « le problème de la France par rapport à Londres ça a toujours été la langue », a regretté Valérie Pécresse. Ainsi, parmi les chercheurs travaillant dans les universités britanniques, « un bon nombre d'entre eux viennent d’Asie notamment », a renseigné l’ancienne ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche.

À travers cette campagne au slogan « Paris-Saclay Calling - Rock your career », la Région veut transmettre un message subliminal clair : « implantez-vous à Saclay, c’est aussi rock’n roll que Londres ! », a lancé Valérie Pécresse.

Science Accueil facilite l'installation des chercheurs et scientifiques à Paris-Saclay

Partenaire de la campagne, l’association Science Accueil spécialisée dans l’accompagnement des chercheurs et salariés scientifiques français et internationaux en mobilité entrante sur le territoire d’Ile-de-France, ainsi que leur famille, met son expertise au service de la politique d’attractivité des talents étrangers.

Soutenu par la Région Île-de-France, Science Accueil a trois principales missions. Sa première est la gestion de toutes les démarches administratives pour faciliter l'installation des salariés à Paris-Saclay. Des titres de séjour au visa jusqu'à l’ouverture d’un compte en banque et l'inscription des enfants des salariés à l'école. Sa deuxième grande mission consiste à accompagner les salariés dans la recherche d'un hébergement. L'association dispose d’un portefeuille d’environ 3 000 logements meublés du studio à la villa. Enfin, la troisième mission de l'association est de faciliter l'intégration des salariés internationaux dans l’environnement français (cours de français, découverte du territoire, sorties culturelles...).

L’enjeu pour l'Île-de-France est d’attirer plus largement sur son territoire les déçus du Brexit –chercheurs, scientifiques, chefs d’entreprises, grands groupes, multinationales– qui souhaitent rester dans l’Union européenne (UE). Ainsi, à travers cette campagne, la Région souhaite délivrer un autre message. Elle déroule « le tapis bleu-blanc-rouge à toutes les entreprises localisées à Londres qui voudraient rester dans l’Union européenne et qui voudraient se relocaliser sur le continent », a déclaré sa présidente.

Pour ce faire, la Région s’appuie sur son guichet d’accueil des investisseurs étrangers Choose Paris Region.

Choose Paris Region, le guichet unique

Simplifier l’installation en Île-de-France des entreprises internationales qui souhaitent rester dans l'UE en se relocalisant dans l'Hexagone, c’est le rôle du « guichet unique » Choose Paris Region, inauguré le 3 novembre 2016, soit près de quatre mois après le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE, par la Région, la Ville de Paris, la Métropole du Grand Paris, la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Île-de-France et Business France.

Aujourd’hui, les entreprises internationales qui souhaitent s’implanter en Europe et se tournent vers l'Hexagone « trouvent dans Choose Paris Region un guichet unique, c’est-à-dire une porte d’entrée qui leur permet d’accéder à tous les services », a relaté Franck Margain, président de Choose Paris Region.

Dans le contexte du Brexit, le challenge pour le territoire francilien concentrant près de 30% du PIB national et son guichet d'attractivité est d’inciter les chefs d’entreprises en provenance d’Australie, d’Amérique du Sud et du Nord ou de Russie à venir s’installer en Ile-de-France. Pour des raisons de langue, de culture et d’accueil, ces derniers « autrefois s’installaient à Londres », a glissé Franck Margain.

La première région économique française a donc une carte à jouer en considérant le Brexit comme une opportunité de relocalisation d’un certain nombre de centres de décision économique qui souhaiteraient rester dans l’UE. Le divorce historique entre le Royaume-Uni et l'UE « nous ouvre une porte exceptionnelle, c’est de devenir le terrain d’atterrissage naturel de l’Europe », a ainsi conclu le président de Choose Paris Region.

Venice Affre

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >