Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

Puissance économique montante de l´Afrique subsaharienne, l´Angola présente de nombreuses opportunités pour les intérêts français, tant en matière commerciale qu´en matière d´investissements. En témoigne la tenue, fin mai, du premier Forum franco-angolais à Luanda. Une occasion de faire un point sur les créneaux porteurs et les précautions à prendre dans un marché réputé difficile.

À Luanda, les embouteillages aux heures de pointe sont quotidiens, selon des expatriés vivant sur place. Signe d´un taux de croissance débridé depuis la fin de la guerre civile en 2002 : 20 % de croissance par an en moyenne de 2002 à 2007, encore 15 % en 2008 et plus de 10 % attendus cette année ! Mais aussi de besoins criants en matière de modernisation des infrastructures. Dans la capitale persiste une pénurie de logement exacerbée qui fait flamber l´immobilier.?Ce qui ne l´empêche pas, le week-end, de se remplir des échos des musiques chaloupées dont les Angolais sont friands.

L´Angola a subi pendant 27 ans une guerre civile exacerbée par le jeu des puissances étrangères.?Il est depuis cinq ans, sans conteste, un des pays montants de l´Afrique. Ses richesses pétrolières en font le deuxième producteur africain derrière le Nigeria.?Le processus de normalisation politique se consolide, comme en témoigne le déroulement sans heurts majeurs des premières élections.?Celles-ci ont vu l´installation au pouvoir du parti sorti vainqueur de la guerre civile, le MPLA (Mouvement populaire de libération de l´Angola) de José Eduardo Dos Santos.?Tous ces d´ingrédients font de ce pays lusophone grand comme presque trois fois la France, dont le PIB a plus que doublé en cinq ans, un partenaire et un marché de choix dans cette région.

Désormais troisième puissance économique d´Afrique subsaharienne, l´Angola doit sa montée en puissance rapide à des ressources minières (diamant...) et, surtout, pétrolières (essentiellement en offshore). Le pétrole pèse pour 80 % de ses exportations et un peu plus de 50 % de son PIB. Il a permis au pays de se constituer de confortables réserves en devises (20 milliards de dollars).?Il envisage même la création d´un fonds d´investissement souverain, le Fundo Soberano Angolano (FSA), qui prendrait le relais de la compagnie pétrolière nationale, Sonangol, pour investir des fonds à l´étranger.

Le pays est le sixième fournisseur pétrolier des États-Unis et le deuxième de la Chine, ce qui lui vaut de bénéficier d´un programme d´investissement chinois particulièrement fourni (4 à 11 milliards de dollars d´aide chinoises engagés sur plusieurs années pour les infrastructures, l´eau, l´agriculture).

D´où une présence active des majors occidentales : Total est le deuxième détenteur de permis derrière l´américain Chevron À Luanda, les embouteillages aux heures de pointe sont quotidiens, selon des expatriés vivant sur place. Signe d´un taux de croissance débridé depuis la fin de la guerre civile en 2002 : 20 % de croissance par an en moyenne de 2002 à 2007, encore 15 % en 2008 et plus de 10 % attendus cette année ! Mais aussi de besoins criants en matière de modernisation des infrastructures. Dans la capitale persiste une pénurie de logement exacerbée qui fait flamber l´immobilier.?Ce qui ne l´empêche pas, le week-end, de se remplir des échos des musiques chaloupées dont les Angolais sont friands.

L´Angola a subi pendant 27 ans une guerre civile exacerbée par le jeu des puissances étrangères.?Il est depuis cinq ans, sans conteste, un des pays montants de l´Afrique. Ses richesses pétrolières en font le deuxième producteur africain derrière le Nigeria.?Le processus de normalisation politique se consolide, comme en témoigne le déroulement sans heurts majeurs des premières élections.?Celles-ci ont vu l´installation au pouvoir du parti sorti vainqueur de la guerre civile, le MPLA (Mouvement populaire de libération de l´Angola) de José Eduardo Dos Santos.?Tous ces d´ingrédients font de ce pays lusophone grand comme presque trois fois la France, dont le PIB a plus que doublé en cinq ans, un partenaire et un marché de choix dans cette région.

Désormais troisième puissance économique d´Afrique subsaharienne, l´Angola doit sa montée en puissance rapide à des ressources minières (diamant...) et, surtout, pétrolières (essentiellement en offshore). Le pétrole pèse pour 80 % de ses exportations et un peu plus de 50 % de son PIB. Il a permis au pays de se constituer de confortables réserves en devises (20 milliards de dollars).?Il envisage même la création d´un fonds d´investissement souverain, le Fundo Soberano Angolano (FSA), qui prendrait le relais de la compagnie pétrolière nationale, Sonangol, pour investir des fonds à l´étranger.

Le pays est le sixième fournisseur pétrolier des États-Unis et le deuxième de la Chine, ce qui lui vaut de bénéficier d´un programme d´investissement chinois particulièrement fourni (4 à 11 milliards de dollars d´aide chinoises engagés sur plusieurs années pour les infrastructures, l´eau, l´agriculture).

D´où une présence active des majors occidentales : Total est le deuxième détenteur de permis derrière l´américain Chevron Texaco. La compagnie française veut augmenter sa production de 300 000 b/j aujourd´hui à 700 000 b/j en 2010.?Elle investit massivement, notamment dans l´offshore.?Sa rivale italienne Eni a signé avec les autorités angolaises un vaste accord de coopération économique, sociale et industrielle.

Dans l´industrie pétrolière, un projet de production de GNL (gaz naturel liquide) mené par Chevron, BP et Total a été lancé, l´Américain KBR devant pour sa part concevoir une raffinerie (capacité 200 000 b/j) à Lobito prévue pour entrer en fonction dans quatre ans.

Le secteur pétrolier n´est plus le seul facteur de dynamisme économique du pays. Il y a d´abord les investissements publics. La manne pétrolière a été durement affectée par la chute des cours mondiaux du baril et se trouve en forte baisse ces derniers mois (37 milliards de dollars en 2008, 20 à 25 milliards en 2009).?Néanmoins, elle alimente le budget public dont une partie a été affectée à un gros programme d´investissements, notamment dans la santé, le logement et les infrastructures.

En 2009, le gouvernement a budgeté 10,4 milliards d´euros pour des projets dans les transports (routes, chemins de fer, ports), l´eau et l´assainissement, le logement, l´agriculture et l´agroalimentaire, la santé, ainsi que la formation. À titre d´exemple, 2 milliards de dollars sont prévus pour la rénovation de la baie de Luanda.?Un projet de prolongation du chemin de fer de Benguela prévoit de relier le pays à la ceinture du cuivre de la Zambie voisine. « Près de 1 million de logements sont prévus dans les cinq ans à venir », soulignait récemment Federico Crespo, un Français qui a créé une société d´importation agroalimentaire en Angola, Oxbow.


Priorité aux projets de diversification

Autre stimulant, la priorité donnée aux projets de diversification économique, pour réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole. « La part du pétrole est désormais à peine supérieure à 50 % du PIB, confirme Michel Gélénine, chef du Service économique à Luanda. Par conséquent, des créneaux nouveaux apparaissent. » La Banque mondiale s´est engagée à consacrer 1 milliard de dollars à des projets de diversification dans les cinq prochaines années.

L´ouverture au secteur privé et la volonté d´attirer les investisseurs étrangers pour alimenter les projets de diversification et les transferts de technologie créent par ailleurs un environnement porteur. L´an dernier, le gouvernement angolais a créé l´Agence nationale de l´investissement privé (Anip).?Cet organisme se présente comme un guichet unique visant à faciliter l´accueil des investisseurs privés dans le pays.?Il permettrait aussi de contourner une bureaucratie qui, selon son président, Aguinaldo Jaime, ancien vice-Premier ministre en charge des Affaires économiques et financières, « nuit fortement au développement des projets d´investissement ». Une série de secteurs et trois grandes zones de développement prioritaires ont été définies.

Des entreprises françaises profitent d´ores et déjà de ce climat porteur. Certaines parmi les plus importantes y sont implantées : outre Total, Technip, Ponticelli, Acergy, Auchan, Bolloré, Bourbon, Castel, Sodexho... On signale également l´arrivée, ces dernières années, d´entrepreneurs individuels. Les exportations françaises montent en flèche. « D´ores et déjà, elles se diversifient.?Des progressions encourageantes sont à relever, observe Michel Gélénine. La part de l´agroalimentaire dépasse, désormais, 10 %. Des progressions ont été enregistrées pour l´aéronautique (+ 32,9%) l´électroménager (multiplié par 2,5), le mobilier et l´aménagement de la maison (+93%), les vins et champagnes (+51,6%), les cosmétiques (multiplié par 2,5), la viande (+63%), la joaillerie (multipliée par 40), l´automobile (+48 %, après +50 % en 2007). »

La normalisation des relations bilatérales a été rapide depuis deux ans.?Et ce malgré les suites judiciaires de l´affaire dite de « l´Angolagate » dont le procès s´est ouvert l´an dernier (ventes d´armes à l´Angola durant la guerre civile impliquant des hommes d´affaires français et des circuits de financement politique en France). Une rencontre entre Nicolas Sarkozy et Eduardo Dos Santos à New York en septembre 2007 a été suivie d´une visite officielle éclair du président français le 23 mai 2008. Le président angolais est attendu cette année en France.

Entre-temps, un accord de protection réciproque des investissements est entré en vigueur. La Coface et l´Agence française de développement (AFD) ont à nouveau l´autorisation d´intervenir dans le financement de projets de développement ou d´investissement. Enfin, Ubifrance, le Service économique et la section locale des CCEF (Conseillers du commerce extérieur de la France) organisent, les 27 et 28 mai prochain, le premier Forum d´affaires France-Angola.

Christine Gilguy, avec François Pargny et Jean-François Tournoud

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >