fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchésRéglementations
Comment les Canadiens voient-ils l' Accord économique et commercial global (AECG), plus connu en France et en Europe sous son sigle anglais, le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) ? Nous l'avons demandé à Caroline Charette, ministre-conseiller aux Affaires économiques et commerciales à l’ambassade du Canada à Paris (notre photo). En poste depuis cinq ans cette diplomate connaît bien ce traité. Ce texte de près de 1 600 pages, couvrant non seulement le commerce des marchandises et des services mais aussi les investissements, avec quelques exceptions comme les industries culturelles, pourrait déboucher, selon la Commission européenne, sur un accroissement du commerce bilatéral de 25 % et une hausse du produit intérieur brut de l'Union européenne (UE) de 12 milliards d'euros par an. Mais qu'en est-il côté canadien ?
Caroline Charette, qui va bientôt rejoindre Ottawa pour prendre le secrétariat fédéral du CETA, nous livre ici en exclusivité les clés d'un accord qui s'inscrit dans le cadre de la politique d'ouverture extérieure du Canada, poursuivie depuis 25 ans avec avec les États-Unis – 20 ans dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) associant également le Mexique...
Le Moci : La Commission européenne a renoncé à adopter l'AECG, plus connu sous le sigle anglais CETA, vaste accord de libre échange entre l’Union européenne et le Canada, sans l’aval des parlements nationaux. Pensez-vous que le traité puisse malgré tout entrer en vigueur à titre provisoire le 1er janvier prochain ?
Caroline Charette
 : En ce qui nous concerne, notre intention, notre désir, c’est d’aller de l’avant et c’est aussi la volonté de la Commission européenne, de plusieurs États-membres, notamment en France du secrétaire d’État au Commerce extérieur Matthias Fekl. Chez nous, c’est le pouvoir exécutif fédéral qui décide des traités internationaux, après débat sans vote de notre assemblée nationale, la Chambre des communes. Et comme les provinces ont été associées aux négociations, la ratification peut intervenir très vite. C’est pourquoi si les Européens s’entendent, l’AECG peut entrer en vigueur au début de l’année prochaine.
Quant à la question de l’application provisoire de l’accord suite au vote du Parlement européen et avant le vote des assemblées législatives nationales des États membres, c’est un débat entre Européens. S’agissant du dossier des quotas d’immigration des Roumains et des Bulgares au Canada, dont on parle, il n’entre pas dans le cadre de l’AECG et de son volet mobilité qui touche plutôt les mouvements de travailleurs intra-entreprises. À ce sujet, des discussions sont en cours entre les autorités canadiennes et européennes...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 202
diffusée le 21 juillet 2016 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >