fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchésRéglementations

Après avoir drastiquement limité les importations de viande moldave -justifiant cette décision par des « infractions grossières aux exigences vétérinaires et sanitaires » -les Russes ont maintenant fermé leur marché aux fruits en provenance de ce pays. Motif de cette mesure ? La présence d'un « dangereux insecte ravageur », la tordeuse orientale du pêcher, découvert sur certains produits selon l'agence vétérinaire russe Rosselkhoznadzor qui a donné l'alerte.

Cette interdiction s'applique sur les pommes, abricots, pêches, nectarines, coings, cerises, poires, prunes et prunelles. Derrière ces motifs sanitaires, arme commerciale très souvent utilisée par la Russie comme moyen de pression diplomatique, Moscou fait payer à cet ex. république soviétique, son choix d’un ancrage européen. Les Russes avaient en effet prévenu les Etats signataires d’un accord d’association avec l’UE - comprenant la création d’une zone de libre-échange - risquaient d’être la cible de nouvelles mesures de « protection ».

Une menace qui n’est pas restée lettre morte. Outre ces interdictions d’importation, justifiées par d’obscures raisons sanitaires, le ministère russe de l'Économie a également annoncé, la semaine passée, la préparation d’un projet de décret pour augmenter les droits de douanes, qui étaient jusque là nuls, sur un certain nombre de marchandises moldaves dont le vin, la viande, les légumes et les céréales.

K. L., à Bruxelles

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >