Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

UE / Royaume-Uni : les indications géographiques, nouvel enjeu du ‘Brexit’

13 septembre 2018


Le Roquefort français, le jambon de Parme italien ou le Manchego espagnol pourraient bien faire les frais des négociations en cours sur le ‘Brexit’. Alors que le volet des Indications géographiques (IG) - système mis en place par l’UE pour protéger le nom de certains produits régionaux, fabriqués selon des procédés traditionnels - n’avait pas, jusqu’ici, éveillé l’intérêt des négociateurs britanniques, il pourrait rapidement devenir l’une des pierres d’achoppement dans le cadre de ces pourparlers, s’inquiète-t-on à Bruxelles. Explications. « Des propositions inacceptables pour l’UE » Le plan de sortie ou plan Chequer, adopté avant l’été par le chef du gouvernement britannique Theresa May, envisage, sur ce dossier, « des propositions inacceptables pour l’UE », indique un négociateur européen. Le Royaume-Uni suggère de mettre en place son propre système de protection des IG, ‘post-Brexit’, qui ne reconnaîtrait pas automatiquement les produits inscrits sur la liste européenne. L’idée est de garantir le meilleur niveau de protection aux produits nationaux dans le cadre d’un système « ouvert à de nouvelles candidatures provenant du Royaume-Uni ou de pays tiers », précise le white paper britannique. En résumé...

L'accès à la totalité de l'article (720 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé