Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

UE / Mercosur : le scandale de la viande avariée brésilienne pèse sur les négociations

30 mars 2017


C’est un grain de sable dans les négociations entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur (Mercado Común del Sur)* dont se seraient bien passés les négociateurs. Alors qu’un nouveau round de discussions pour la conclusion d’un accord commercial entre les deux blocs s’ouvrait à Buenos Aires, le 20 mars dernier, les révélations sur le scandale du bœuf avarié brésilien ternissaient brutalement la réputation du premier exportateur de viande bovine dans le monde. De quoi peser sur le volet agricole/agroalimentaire –sensible- du projet d’accord. Si les négociateurs ont déclaré que la question n’était pas au menu des pourparlers, certains reconnaissaient en coulisses que l’affaire « compliquaient les discussions ». Brasilia n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour minimiser l’impact du scandale qui éclabousse le secteur de viande bovine, dont les exportations représentent  7 % des échanges commerciaux du pays. Retour sur les faits. Le 17 mars, la police fédérale révélait qu’une vingtaine d’abattoirs et d’usines - notamment ceux des géants du conditionnement JBS et BRF -  auraient versé des pots de vin aux services d’hygiène pour autoriser la vente de viande avariée ou périmée. « L’affaire ne concerne que 0,5 % du...

L'accès à la totalité de l'article (625 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé