Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© John Kehly

UE / Mercosur : le pacte commercial de plus en plus contesté

24 septembre 2020


Signé en grande pompe le 28 juin 2019, après deux décennies de négociations et plusieurs interruptions, le pacte commercial entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur* est loin d’avoir achevé son parcours chaotique. Le 18 septembre, la France a en effet ouvertement réitéré son opposition au traité après la remise du rapport de la commission d'évaluation indépendante mandatée en juillet 2019 par Edouard Philippe. Dans ce document de 184 pages, les experts s’inquiètent des conséquences de l’accord sur l’environnement, en particulier sur la forêt amazonienne. Ils estiment dès lors que les coûts environnementaux seront supérieurs aux bénéfices économiques. « La déforestation met en péril la biodiversité et dérègle le climat. Le rapport remis par Stefan Ambec conforte la position de la France de s’opposer au projet d’accord UE-Mercosur, en l’état », a réagi sur Twitter le Premier ministre français, Jean Castex. La France offensive mais pas isolée Quelques jours plus tard, Frank Riester, le ministre en charge du Commerce extérieur, défendait la position française auprès de ses homologues européens. « Notre objectif n'est pas de stopper toute démarche visant à augmenter nos relations commerciales », mais « il nous faut...

L'accès à la totalité de l'article (846 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé