fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

UE / Agroalimentaire : les grands perdants d’un “hard Brexit”

11 janvier 2018


Dans l’agroalimentaire, les exportateurs européens ont tout lieu de s’inquiéter des conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). Après le Conseil européen du 15 décembre 2017, qui a entériné le passage à la deuxième phase des négociations*, l’organisation européenne qui défend les intérêts agricoles européens à Bruxelles, la Copa-Cogeca, souhaitait un commerce « sans friction autant que possible ». On peut le comprendre. D’après le rapport d’étude du Cepii (Centre d'études prospectives et d'informations internationales) pour le Parlement européen, intitulé « EU - UK agricultural trade: state of play and possible impacts of Brexit », l’UE à 27 dispose dans l’agroalimentaire d’une balance commerciale de l’ordre de 29 milliards d’euros, et le Royaume-Uni représente 9 % environ de ses exportations en moyenne sur une période de trois ans (2013-2015). Pays-Bas et Irlande, principaux perdants « L’enjeu pour les Européens est clairement les exportations et pas les importations », insistait l’une des auteurs de l’étude, Cecilia Bellora, économiste au Cepii. L’impact serait particulièrement important en cas de Hard Brexit pour deux pays, les Pays-Bas, en raison des montants exportés, et...

L'accès à la totalité de l'article (819 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé