fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Royaume-Uni / UE : T. May impose un « soft Brexit » mais doit convaincre Bruxelles

12 juillet 2018


Theresa May a enfin fini par trancher. Après des mois de négociations avec Bruxelles et malgré la pression des éléments les plus radicaux au sein de son parti, la Première ministre britannique a décidé d’opter pour un ‘soft Brexit’ ‘un Brexit doux’. Un changement de cap qui devrait permettre aux entreprises de ne pas subir les effets collatéraux d’un divorce trop brutal, alors que les industriels n’ont cessé d’alerter le gouvernement sur les ravages sur l’emploi que produirait un échec des négociations avec Bruxelles et un ‘hard Brexit’, un ‘Brexit dur’. Le défi de la réunion de Chequers C’est à l’issue d’une journée à haut risque que la Première ministre a réussi à imposer sa stratégie à l’ensemble de son gouvernement, quitte à provoquer le départ des plus radicaux. Convoqués dans sa résidence de campagne de Chequers, vendredi 6 juillet, les ministres s’étaient vu fixer l’objectif de définir les contours de la future relation commerciale et du partenariat douanier qui uniront le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE), une fois le divorce prononcé. Un véritable défi tant son cabinet était divisé sur la question. D’où les habiles manœuvres orchestrées par Theresa May durant cette journée. Selon Le...

L'accès à la totalité de l'article (786 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé