Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Ratification du CETA : le Mercosur perturbe le calendrier français

11 juillet 2019


L’accord avec le Mercosur ? « On attend de voir ! » En pleine bataille pour la ratification du CETA, l’accord de libre-échange avec le Canada, le député (LREM) Jacques Maire n’a pas caché son agacement, le 9 juillet devant la presse, face à la soudaine intrusion de l’accord avec le bloc sud-américain dans les débats sur l’accord avec le Canada. De quoi perturber un calendrier pourtant soigneusement préparé. L’annonce le 28 juin de la conclusion, à Bruxelles, d’un accord entre l’Union européenne (UE) et les quatre pays membres du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), mettant fin à 20 ans de négociation commerciale, a pris de court tout le monde. Et notamment les parlementaires français du camp présidentiel qui préparaient l’examen par le Parlement du projet de Loi de ratification du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) ou, en français, AECG pour Accord économique et commercial global). Les enjeux agricoles sont en effet bien plus sensibles avec le Mercosur qu’avec le Canada : pour ne prendre que la filière de la viande bovine, on parle d’un quota à droit réduit (7,5 %) de 99 000 tonnes pour...

L'accès à la totalité de l'article (617 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé