fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • La Lettre confidentielle

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 1

Pourquoi moins de 10 %
des entreprises qui exportent
utilisent l’assurance prospection ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 2

Les incoterms, c’est quoi ?
Et ça sert à quoi ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 3

Où trouver les bonnes formules
de votre lettre en anglais ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 4

Comment former
un salarié
à l’export ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

X
X

Réussir à l'export en équipe avec Bpifrance

Arthur Barillas, co-fondateur et CEO d’OVRSEA

OVRSEA
Le commissionnaire de transport digital

 

La gestion du transport international peut s’avérer délicate pour toutes les entreprises qui exportent ou importent des marchandises. C’est fort de ce constat qu’Arthur Barillas, Brieuc André, Mathieu Mattei, Georges Semaan et Antoine Sauvage ont créé en 2017 à Paris la société OVRSEA avec pour ambition de simplifier la complexité du transport international en digitalisant le métier de commissionnaire de transport.

« Il y a encore beaucoup de papier dans ce métier, de faxes et d’e-mails », expose Arthur Barillas, co-fondateur et CEO d’OVRSEA. « Nous avons voulu créer un outil qui puisse simplifier la gestion du transport pour les chargeurs tout en leur proposant des taux compétitifs et un excellent service », développe-t-il.

La jeune pousse parisienne a donc lancé en 2018, après un an de développement, une interface web dotée de technologies qui automatisent l’ensemble des tâches administratives liées au transport de marchandises pour les entreprises.

Concrètement, OVRSEA permet à toutes les entreprises qui importent ou exportent d’organiser leurs transports en quelques clics, de centraliser le suivi documentaire de toutes leurs expéditions et de bénéficier de reporting sur tous leurs transports. La jeune pousse agréée au titre de commissionnaire de transport a noué des partenariats avec les transporteurs de plus de 60 pays du monde. « L’interface permet à nos clients de suivre en temps réel leurs flux de marchandise grâce à notre technologie de tracking », souligne Arthur Barillas.

Pour financer sa croissance et se développer, la startup a procédé en janvier dernier à une levée de fonds de 1,9 million d’euros auprès de Bpifrance et d’investisseurs privés dans le cadre du fonds F3A (« Ambition Amorçage Angels »). Le fonds F3A est un fonds lancé par le Programme d’investissements d'avenir (PIA) et géré par Bpifrance qui permet de faciliter les levées de fonds réalisées auprès des business angels par les jeunes pousses françaises du numérique, en abondant les montants investis par les business angels.

« Cette première levée de fonds nous a permis de recruter », explique Arthur Barillas. Les fonds levés par la jeune pousse ont été essentiellement consacrés au recrutement et au renforcement des équipes commerciales et techniques. « Nous allons doubler de taille, notre équipe va passer de 15 à 30 personnes », précise le dirigeant. « Bpifrance, c’est un investisseur sur le long terme », se réjouit Arthur Barillas.