fbpx s

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Transports & logistique

« Nous sommes heureux et fiers d’avoir fait le choix du Togo … Togo, the place to go »

 

Au cours de la période récente le groupe MSC a réalisé un investissement très significatif au Togo. En quoi consiste votre présence actuellement dans ce pays ?

MSC, un leader mondial du transport de conteneurs international, est une société qui offre un service de couverture globale avec une expertise locale. MSC fournit également un réseau intégré de ressources de transport maritime, ferroviaire et routier couvrant le monde entier.

Le groupe MSC a investi en Afrique depuis près de 50 ans et reste ouvert à continuer de le faire en fonction des opportunités. Au Togo, le groupe s’est implanté tout d’abord avec l’agence de MSC Togo en 2006, puis avec Lomé Container Terminal (LCT), l’opérateur de terminal en 2008, ainsi que MEDLOG, la filiale transport & logistique du groupe en 2012.

LCT constitue à lui seul le plus gros investissement au Togo dans les infrastructures portuaires. L’armateur MSC, quant à lui, a mobilisé d’importants moyens en mettant en place plusieurs services via Lomé avec plusieurs dizaines de navires de tailles diverses, représentant un investissement considérable pour desservir la région et le continent depuis le monde entier. Lomé est devenu en quelque temps la porte de l’Afrique de l’Ouest depuis l’Asie grâce à notre service direct MSC Africa Express depuis et vers LCT.

LCT est un grand terminal moderne doté d’un quai de 1 050 mètres de long, 9 portiques de chargement et déchargement (STS), 27 eRTG (portique de terre), une soixantaine de camions et près d’une douzaine d’engins de manutention. D’une capacité de 2,2 millions d’EVP dans sa phase 1, il a atteint près de 1,2 million de mouvements d’EVP pour 2018 avec l’une des meilleures productivités moyennes par grue du continent (26,9 conteneurs de l’heure par grue sur l’année 2019). LCT a d’ailleurs reçu en 2019 le prix du meilleur terminal de transbordement.

Le groupe emploie près de 800 personnes au total. A ces emplois directs s’ajoutent encore plusieurs milliers d’emplois indirects.

Cela a été rendu possible grâce la volonté commune du groupe MSC, du gouvernement et du Chef de l’Etat de détecter très tôt le potentiel de ce projet en partenariat public-privé (PPP) pour le développement du pays et de la région, fortement soutenu par l’engagement des bailleurs de fonds majeurs tels que la SFI (Groupe de la Banque mondiale), la BAD, Proparco, et KFW.

___________________________________________________________________________

Notre terminal a une des meilleures productivités moyennes par grue du continent (26,9 conteneurs de l’heure par grue sur l’année 2019). LCT a d’ailleurs reçu en 2019 le prix du meilleur terminal de transbordement.

___________________________________________________________________________

Quelle analyse faites-vous de votre activité au Togo pendant l’année 2019 qui vient de s’achever ?

En 2019, MSC a fait venir un total de 467 navires à Lomé (+8%). Les navires opérés au Togo par MSC sont parmi les plus modernes, les plus longs et offrant les plus grandes capacités sur la région et le continent.

Le tout dernier à venir à Lomé, le MSC Josseline, sorti du chantier naval courant juin 2019 et long de près de 366 mètres, a accosté le 11 janvier 2020.

Les conteneurs déchargés par MSC sur LCT représentent plus de 70% des volumes importés et transbordés par conteneurs du Port de Lomé sur l’année 2019, selon Seguce.

Cela positionne MSC comme chef de file du marché avec près de 40% de part de marché à l’import. Le Togo enregistre aussi une hausse globale dans les volumes à l’import depuis l’année 2018 (+12%), prémisse du changement positif des réformes poussant les entreprises à faire le choix de Lomé comme plateforme portuaire et logistique.

C’est donc une année plutôt satisfaisante. Beaucoup de réformes pertinentes et efficaces pour appuyer le Plan national de développement (PND) en cours ne cessent d’améliorer le climat des affaires de manière continue dans plusieurs secteurs. Et même s’il reste encore et toujours à faire, c’est encourageant de soutenir le développement dans notre secteur avec des projets concrets et ambitieux. Des réformes comme la digitalisation des services de la douane, du port, des terminaux, offrent un gain de temps considérable grâce au guichet unique qui continue d’évoluer pour plus d’efficience et apporte des gains de temps et de flexibilité.

Le PND mise aussi sur la partie logistique qui, prévue dans son axe 1, devrait pendant l’année à venir connaitre un essor et offrir aux entreprises togolaises mais aussi à celles des pays enclavés et de toute la sous-région, des solutions terre, air et mer pour améliorer leur accessibilité et développer la distribution de services depuis ou vers Lomé.

2020 et 2021 devraient être des années favorables au développement de ces zones logistiques. Notre filiale MEDLOG Togo souhaiterait être parmi les premières à développer des nouveaux services techniques et logistiques. Ces solutions permettront à de nouvelles entreprises de s’installer encore plus vite et plus simplement dans la transformation, l’industrie ou les services pour profiter de ce marché régional de 300 millions d’habitants.

Sans se limiter à ce marché, et grâce aux services offerts par MSC entre Lomé et l’Afrique Centrale et même l’Afrique du Sud, le Togo pourrait offrir aux investisseurs un horizon encore plus large. Le Président sud-africain le confirmait d’ailleurs lors de sa visite à Lomé, fin 2019, en invitant les opérateurs et investisseurs sud-africains à s’intéresser à ce fort potentiel. C’est donc aussi vrai pour n’importe quelle entreprise étrangère.

Le trafic sur l’Afrique de l’Ouest connait une embellie depuis plusieurs années et plusieurs ports de la région se positionnent pour en profiter. Quels sont, selon vous, les avantages concurrentiels du Port de Lomé et du Togo plus largement ?

Les volumes sont voués à augmenter en raison de la population grandissante et de l’augmentation du niveau de vie un peu partout sur le continent mais aussi de l’impérieuse nécessité d’augmenter les échanges intrarégionaux et intracontinentaux. Il est donc évident que cela invite les pays de la côte à moderniser leurs infrastructures portuaires pour améliorer leur efficience et soutenir la croissance des importations et des exportations. Cependant, les volumes de transbordement se limitent à ceux des compagnies maritimes qui font le choix de le faire en Afrique de l’Ouest : les ports qui seront choisis ne sont pas si nombreux.

MSC a été le premier à le faire dans la sous-région et Lomé a été choisi pour plusieurs raisons. Lomé est au cœur du Golfe de Guinée. Le Togo est connu comme un petit pays de service, auparavant surnommé « la Suisse de l’Afrique ». MSC y a trouvé un port en eau profonde, un port franc, de l’espace pour y créer ce nouveau terminal, des conditions financières et fiscales favorables, une volonté du gouvernement de réformer pour soutenir l’investissement, un pays connecté par la route aux pays enclavés l’arrière-pays et à la région mais aussi connecté par les airs avec Asky et maintenant par la mer avec MSC, ainsi qu’un bon réseau bancaire en pleine mutation et modernisation.

De plus, en créant le Sommet sur la Sécurité Maritime, le Togo démontre son attachement à renforcer la sécurité de ses eaux nationales et dans le Golfe de Guinée plus largement. Le pays investit aussi dans l’économie bleue et s’engage à protéger l’environnement marin avec les pays voisins.

Ces initiatives s’inscrivent pleinement dans les engagements du groupe MSC qui s’efforce de promouvoir un modèle d'entreprise durable qui va bien au-delà d'une approche "business as usual", en restant fidèle à ses racines et à ses valeurs d’entreprise familiale.

Le Togo est un vivier de jeunes talents motivés à apprendre et à se former aux métiers actuels mais aussi à ceux du futur. C’est un aspect essentiel pour permettre le développement de tout investisseur qui s’y installe.

L’écoute du gouvernement est aussi primordiale pour la croissance de l’économie. Les autorités aident à faire face aux difficultés inattendues en cherchant par le dialogue et le partenariat les solutions les mieux adaptées dans un esprit « gagnant-gagnant ».

___________________________________________________________________________

Le Togo est un vivier de jeunes talents motivés à apprendre et à se former aux métiers actuels mais aussi à ceux du futur. C’est un aspect essentiel pour permettre le développement de tout investisseur qui s’y installe.

___________________________________________________________________________

Mais au-delà de l’investissement, dans chaque secteur d’activité, il faut aussi de la performance et la productivité. Sur notre terminal de LCT, des acteurs concernés comme la douane et le port se sont engagés dans un processus de modernisation et de dématérialisation offrant à l’ensemble des acteurs et opérateurs un bénéfice commun. Le Togo a mis les moyens de ses ambitions pour déclencher des réformes ambitieuses et courageuses, qui lui ont valu un bon de 19 places en 2018 puis de 40 place en 2019 dans le classement Doing Business. Je crois donc que tout cela constitue de très bonnes raisons et donc des avantages pour le Port, Lomé, le Togo et pour nous de l’avoir choisi très vite pour y développer nos activités.

Le groupe MSC a indiqué que le Port de Lomé était un « hub ». Pouvez-vous nous en dire plus et préciser quelle est votre stratégie au Togo ? Pariez-vous sur le transbordement et/ou l’activité import-export ?

Oui, c’est bien notre hub dans la région. Par hub nous entendons que Lomé est notre port principal de connexion au monde pour la région et vice versa. Le bénéfice de ce hub est double : pour le Togo et pour la région. Il permet d’offrir à nos clients togolais une multitude de ports d’origine sur le Togo comme la Chine en direct et l’Asie via Singapour, l’Inde et le Moyen-Orient via Colombo au Sri Lanka, les USA via Anvers, l’Amérique du Sud via Las Palmas et le Nord de l’Europe (Anvers, Felixstowe, Le Havre) ou encore la Méditerranée (Marseille en France, l’Italie et l’Espagne) en direct. C’est donc un avantage aussi bien à l’import qu’à l’export pour le Togo et les entreprises passant par le Port de Lomé.

C’est aussi notre terminal de transbordement de ces mêmes origines vers les autres pays de la sous-région (Nigeria, Cameroun, Côte d’Ivoire, etc.).

C’est un peu comme si vous compariez l’aéroport de Lomé avec Asky ou Charles de Gaulle avec Air France qui reçoit aussi bien les visiteurs qui s’arrêtent à Lomé ou au Togo pour Asky et Paris ou en France pour Air France et ceux qui continuent sur un autre avion pour aller dans un autre pays. Ici ce sont des conteneurs qui s’arrêtent à Lomé pour le Togo (y compris les pays enclavés via Lomé) et pour les autres pays qui continuent sur un autre navire depuis Lomé vers la destination finale. Nous sommes donc présents sur les deux plans.

Notre espoir est de pouvoir développer les flux intra ouest-africains mais aussi de permettre, grâce au PND en cours, l’augmentation des volumes import et export par le soutien logistique et maritime aux entreprises qui s’installeront pour y faire de la transformation des matières premières et des produits togolais. Voire même de produits provenant de la région qui seraient transformés au Togo pour être revendus dans la sous-région ou le monde. C’est le programme ambitieux du PND au Togo que nous soutenons et qui se met en place progressivement. Demain, un nouveau service vers telle ou telle destination pourrait complètement changer les choses et, je l’espère, engendrer la création de sociétés, donc des emplois et des volumes à l’import et à l’export non existants à ce jour au Togo.

Pouvez-vous nous parler du plan d’investissement de 500 millions d’euros, via la filiale TIL du groupe MSC, annoncé en 2019 ? Y a-t-il des projets d’investissement à venir au Togo dans le cadre du PND? Avez-vous prévu d’introduire de nouvelles technologies ?

Le groupe MSC investit et continuera d’investir au Togo, dans la région et sur le continent, car l’Afrique est un continent d’avenir et en devenir auquel nous sommes attachés.

C’est dans ce sens que ce plan d’investissement a été annoncé par TIL, l’une des filiales du groupe MSC développant les terminaux à conteneurs dans plusieurs pays sur toute l’Afrique. LCT a déjà investi plusieurs centaines de millions de dollars au Togo et de futurs projets aussi bien portés par MEDLOG, MSC ou LCT pourraient voir le jour dans l’avenir ici ou dans la sous-région.

De nouveaux services MSC sont en discussion pour soutenir le PND et le développement du Togo ; MEDLOG s’est déjà engagé sur des projets de transport et de logistique sur Lomé dans le cadre du PND (axe 1) ; et pour LCT, cela dépendra de l’évolution des volumes à venir.

En ce qui concerne les nouvelles technologies, nous continuons de les implémenter au fur et à mesure des possibilités en gardant à l’esprit la notion de création d’emploi et la réalité des environnements qui nous entourent. Mais la digitalisation de nos services et l’informatisation massive de notre groupe se reflète déjà sur le continent comme dans le reste du monde dans toutes nos activités au quotidien. Les plus gros investissements dans ce sens se font actuellement dans nos systèmes globaux de gestion, les solutions de conteneurs intelligents et sur les navires MSC pour se conformer aux nouvelles normes environnementales ainsi que pour la préservation de nos océans.

___________________________________________________________________________

En ce qui concerne les nouvelles technologies, nous continuons de les implémenter au fur et à mesure des possibilités en gardant à l’esprit la notion de création d’emploi et la réalité des environnements qui nous entourent. Mais la digitalisation de nos services et l’informatisation massive de notre groupe se reflète déjà sur le continent comme dans le reste du monde dans toutes nos activités au quotidien.

_________________________________________________________________

En matière d’activité portuaire, et en particulier de manutention, la contribution de la main d’œuvre est décisive pour atteindre les niveaux de qualité et de productivité souhaités. La formation du personnel est un élément clé de la réussite. Quelle est votre politique dans ce domaine ?

Notre politique s’appuie sur la formation de nos ressources que ce soit en interne par d’autres collègues du monde entier, grâce à la compétence accrue de nos centres de formation, ou encore avec l’appui de partenaires expérimentés dans leur domaine.

Certains métiers de la manutention sont totalement différents de ce que nos ports ouest-africains connaissaient auparavant. L’arrivée de portiques STS de dernière génération, des eRTG (portique de terre), du système de planning (Terminal Operating system, TOS), de matériel électronique de pointe, tous en réseau sur l’ensemble de nos équipements, sont l’empreinte des nouvelles technologies dans nos activités mais aussi de nouveaux métiers dans le quotidien nécessitant de la formation.

Pour cela nous avons mis en place notre propre centre de formation à Lomé avec un simulateur pour perfectionner les aptitudes de nos employés. Le gouvernement nous soutient dans ce sens avec des conditions fiscales avantageuses et la mise en place de programmes universitaires dans le domaine maritime. Nous nous sommes aussi appuyés sur des jeunes togolais volontaires, motivés, venant de l’ensemble du pays par le biais de l’agence nationale de l’emploi. Aujourd’hui, le niveau de productivité de notre terminal parle de lui-même et sera bientôt une référence au même titre que les plus grands terminaux du monde j’en suis sûr.

Des programmes permanents de formation sont en place. Nous sommes fiers d’envoyer quelques-uns de nos collaborateurs sur d’autres terminaux (Brésil, Lituanie, etc.) pour leur permettre de voir, travailler et comparer tout en apprenant aussi. MSC tout comme MEDLOG cultivent les échanges et bientôt nous pourrons envoyer nos employés en référence dans d’autres pays afin d’apporter leur savoir-faire en la matière. Certains le font déjà et certains de nos managers sont formateurs non seulement ici mais également en Afrique du Sud pour les agences anglophones du continent.

___________________________________________________________________________

Les femmes sont de plus en plus présentes dans notre métier et sont constamment encouragées à assumer des responsabilités dans des départements ou auparavant elles n’imaginaient pas la possibilité de progresser.

___________________________________________________________________________

Nous avons aussi au niveau de MSC des centres académiques (MSC ACADEMY) qui découvrent de nouveaux talents mais aussi un programme spécial de formation de nos employés africains francophones (nord, ouest et centre) qui participent à ces formations STPA (Special Training Program for Africa) à Lomé. Celles-ci ont lieu plusieurs fois par an et sont ouvertes à nos employés volontaires et dynamiques. Le Togo en la matière offre un potentiel important pour les entreprises qui s’installent ici. MSC soutient aussi l’Etat dans la mise en place de centres de formation dans des secteurs divers, dont le premier pour la pisciculture a Elavagnon et 7 autres a venir. D’ailleurs, lors de la présentation du classement Doing Business cette année et durant les visites d’investisseurs cela a été confirmé par ceux qui, comme nous, ont décidé de s’installer à Lomé.

Les femmes sont de plus en plus présentes dans notre métier et sont constamment encouragées à assumer des responsabilités dans des départements ou auparavant elles n’imaginaient pas la possibilité de progresser. Nous en sommes très fiers car nous croyons fortement, en l’égalité des opportunités et en l’évolution continue grâce à nos employés, leurs énergies et leurs dévouements qui font la force de notre groupe. La notion de famille, de passion, de considération pour les employés sont d’autres valeurs fortes faisant de MSC un des leaders mondiaux du transport maritime aujourd’hui.

En conclusion, comment voyez-vous l’avenir de votre présence au Togo ?

Nous sommes heureux et fiers d’avoir fait le choix du Togo et notre partenariat gagnant-gagnant avec les autorités et le gouvernement dans le PPP avec LCT en sont la preuve. Ceci n’aurait pas été possible sans MSC et son réseau mondial et sa capacité à innover et croire dans le changement et la modernité.

Les projets d’avenir nous semblent prometteurs grâce à des volontés similaires du secteur privé, dont nous faisons partie, et de l’Etat qui s’est engagé dans un ambitieux programme de développement et de développement durable. Donc, en conclusion, plus que jamais aujourd’hui, comme je l’ai dit au CEO Africa Forum à Kigali en mars 2019, je le répète en 2020…. « TOGO, THE PLACE TO GO ».

Un acteur logistique de dimension mondiale

 

Fondée en 1970 et basée à Genève, en Suisse, depuis 1978, MSC est une compagnie privée dirigée par la famille Aponte. Chef de file mondial dans le transport de conteneurs, MSC, qui démarra comme une petite entité dotée d'un seul navire, est aujourd'hui une entreprise mondialement reconnue, disposant d'une flotte de 520 navires et de plus de 70 000 employés.

MSC achemine des biens et offre des services à des communautés locales, des clients et des partenaires commerciaux internationaux. L'entreprise, qui a accès à un réseau mondial intégré de ressources de transport routier, ferroviaire et maritime, est fière d'assurer un service mondial caractérisé par une connaissance locale.

Grâce à son réseau de 493 implantations, MSC veille à ce que les expéditeurs puissent s’adresser directement à ses représentants et utilisent diverses solutions de commerce en ligne pour les réservations de fret numérisées. Répondant aux besoins de ses clients, MSC est l’un des principaux acteurs de l'évolution des conteneurs intelligents dans son secteur, et a contribué à redéfinir les normes de l'expédition numérique du transport de marchandises digitalisé.

MSC fait escale dans 500 ports, sur 200 routes commerciales, et transporte environ 21 millions d'EVP (équivalents vingt pieds) par an, sur une flotte moderne dotée des dernières technologies « vertes ».

Au fil des années, MSC a diversifié ses activités pour y inclure le transport terrestre, la logistique et un portefeuille croissant d’investissements dans les terminaux portuaires. Aujourd'hui, notre objectif reste fidèle à nos origines, et nous continuons à créer et à conserver des partenariats de confiance à long terme avec des clients de toute taille.

Publi-communiqué réalisé avec

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >