Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© bluedesign - Fotolia.com
Pays & marchés

Alors que les Britanniques devraient formellement lancer les négociations pour leur sortie du bloc européen à la mi-mars prochain, une petite phrase prononcée le 21 février par Jean-Claude Juncker a retenu l’attention des médias européens : « Le Brexit n’est pas à coût réduit ou à coût zéro : la facture sera très salée. Il faudra que les Britanniques respectent leurs obligations librement consenties ». Une phrase choc, car prononcée à l’issue d’un discours au Parlement belge par le président de la Commission européenne, elle aborde le coût du divorce dans des termes étonnamment directs compte tenu des précautions d’usage au sein de l’exécutif européen sur ce sujet sensible. Pourquoi ce changement de ton en public soudain ?

Une heure plus tard à peine, Margaritis Schinas, le porte-parole de la Commission était assailli par la presse. « Il y a un travail en cours avec les services et l’équipe de Michel Barnier, mais je ne suis pas prêt à avancer un chiffre », rétorquait-il aux journalistes...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 228
diffusée le 2 mars 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >