fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© François Pargny
Pays & marchés

Élu président de Madagascar le 18 janvier, Andry Rajoelina (notre photo) veut être l’homme de l’émergence de la Grande Île. En visite officielle en France du 28 mai au 3 juin, l’ancien maire de Tananarive (12 décembre 2007-3 février 2009), qui occupa aussi le poste de chef de l’État (président la Haute Autorité de transition) du 17 mars 2009 au 25 janvier 2014, a ainsi vanté au premier jour de son séjour son Initiative pour l’Émergence de Madagascar (IE).

Pour réaliser son plan de développement, Andry Rajoelina veut faire appel au secteur privé. Il s’est ainsi efforcé de convaincre les entrepreneurs réunis par le Medef de sa volonté de nouer « des partenariats gagnant-gagnant » dans une série de secteurs, allant de l’énergie à l’agro-industrie, en passant par le textile, le tourisme ou les infrastructures. L’objectif serait ainsi « l’industrialisation » de Madagascar, avec « le recours aux partenariats public-privé (PPP) dans tous les domaines ».

Le défi de l’électricité, trois accords avec la France

Cependant, sans énergie, pas d’industrialisation possible, a soutenu le chef de l’État. Or, seulement 15 % de la population malgache ont accès à une électricité, par ailleurs, la plus chère d’Afrique. Son coût varierait ainsi entre 0,20 et 0,30 euro le kilowatt heure, contre 0,10 à 0,12 en France (...)

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 330
diffusée le 30 mai 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >