Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© f8grapher-Fotolia.com
Pays & marchés

Lors de la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (Cedre) du Liban à Paris le 6 avril, la communauté internationale a marqué son soutien à sa reconstruction politique et économique dans une région déchirée par la guerre et les conflits religieux.

De façon détaillée, la première phase du programme d’investissement et de réformes du Liban va être alimentée par des prêts à hauteur de 10,2 milliards de dollars, dont 9,9 milliards de prêts concessionnels, et des dons  de 860 millions de dollars. Une bonne nouvelle pour le pays du Cèdre, à un mois des élections législatives du 6 mai.

A l’épreuve des réformes sectorielles

Après avoir adopté le Code de l’eau, légiféré sur les partenariats public-privé (PPP) et lancé les premiers appels d’offres dans les hydrocarbures, le Liban va pouvoir s’engager à fond dans ses priorités sectorielles  - eau, énergie, gestion des déchets, transport public – sans négliger les services sociaux de l’éducation et la santé. D’où l’importance pour Beyrouth de poursuivre les réformes dans les domaines de l’électricité (production et prix), de la gestion de l’eau (mise en œuvre du code) et des déchets (poursuite de la stratégie engagée, reposant sur la décentralisation).

Les 48 pays et organisations internationales, ainsi que les représentants privés et de la société civile réunis à Paris ont insisté sur la nécessité d’établir une hiérarchie claire et ordonnée des projets. De son côté, la France, par la voix de son ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a promis de délivrer « 400 millions d’euros de prêts concessionnels et 150 millions de  dons ».

 

F.P

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >