fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

Ces analyses, exclusives pour Le Moci, sont tirées d’outils de datamining mis au point par la société Tac Economics pour détecter les changements à venir, positifs ou négatifs, de l’environnement économique et financier.

 

 

TAC vert petit

Maroc

Le pays affiche des performances économiques favorables et une croissance soutenue grâce au secteur agricole (4,9 % en 2015) et à la baisse des prix du pétrole. La faible inflation, la réduction substantielle du déficit courant, l’augmentation des réserves de change, la hausse des transferts et des investissements étrangers participent aussi à cette amélioration. Le Maroc reste l’un des pays les plus stables de la région.

 

TAC vert petit

Pologne

Le changement de majorité parlementaire en octobre (victoire des conservateurs) favorable à un programme d’expansion budgétaire (hausse des dépenses publiques et des transferts sociaux) devrait soutenir l’activité économique, déjà tirée par une demande intérieure robuste (chômage faible, baisse des prix, hausse des salaires) et le rebond des exportations vers l’Europe. La croissance sera donc dynamique en 2015-2016 (autour de 3,5 %).

 

TAC vert petit

Iran

Le pays a signé un accord historique sur la réduction de son programme nucléaire et la levée partielle des sanctions internationales permettant d’augmenter la production pétrolière, les exportations et les investissements étrangers. Toutefois, la monnaie reste surévaluée de près de 30 %, rendant un ajustement substantiel probable en 2016. Malgré ce risque de change, la situation économique est relativement favorable, avec une accélération attendue de l’activité à 4,5 % en 2016 (contre 0,8 % en 2015).

TAC rouge petit

Arabie saoudite

En 2015, le pays enregistre des dégradations exceptionnelles des comptes publics et du déficit courant, en raison de plus faibles revenus pétroliers et d’un ralentissement marqué de la croissance économique (après 3,4 % en 2015, prévision proche de 2 % pour 2016). L’accession au trône du roi Salman en janvier a renforcé la ligne conservatrice et la centralisation du pouvoir. L’environnement des affaires reste incertain (opacité des comptes des sociétés, système juridique perfectible) et le programme de « saoudisation » des emplois constitue un frein aux investissements étrangers.

TAC rouge petit

Thaïlande

En dépit de la dépréciation du baht de près de 10% depuis fin avril, la devise du pays reste toujours vulnérable. Les perspectives de croissance se dégradent, en raison notamment du ralentissement  économique de son principal partenaire commercial, la Chine, et de la faiblesse des cours des matières premières. Cette situation est renforcée par les incertitudes politiques liées aux élections législatives repoussées à 2016 (après la tenue d’un référendum sur la future constitution).

TAC rouge petit

République Démocratique du Congo

Malgré une croissance élevée tirée par le secteur minier et les infrastructures, le déficit courant reste important (proche de 8 % du PIB en 2015), du fait de la hausse des importations et des rapatriements des profits des entreprises étrangères. On ne peut exclure des risques de paiement en cas de forte dépréciation de la devise (surévaluée de 15 % environ), dans un pays où le climat des affaires reste médiocre, avec une méfiance des investisseurs attisée par l’absence de programme d’aide du FMI.

 

www.taceconomics.com

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >