fbpx s

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© F. Pargny
Pays & marchés

Qu'on se le dise, dans le monde des affaires internationales, la langue française n'a pas dit sont dernier mot ! « Le français n’est pas en perdition, il y a une vraie de demande de langue », a lâché Jérôme Clément (notre photo), le président des 850 Alliances françaises, présentes dans 36 pays. Il intervenait dans un débat sur le thème « le français, une langue des affaires ? », organisé à l’issue de l’Assemblée générale des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF), le 30 juin, à la Maison de la chimie.

Une question à laquelle l’ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor, a répondu par une affirmation positive. Selon lui, « le français n’est pas une langue ringarde ». Bien au contraire, « elle est, à l’heure actuelle, la troisième langue la plus pratiquée dans le monde » et « dans trois-quatre ans l’espagnol aura reculé » pour des raisons démographiques, alors « que le bassin africain est très porteur pour le français ». Grâce à l'Afrique, le nombre de locuteurs dans la langue de Molière devrait avoisiner les 800 millions d'ici à 2050, soit près de 9 % de la population mondiale, contre seulement 3,5 % aujourd'hui...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 246
diffusée le 6 juillet 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >