Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© www.news.cn
Pays & marchés

Lancé il y a deux ans, le "Forum de la ceinture et de la route" (Belt and Road/B&R) a tenu sa deuxième édition à Pékin du 25 au 27 avril (notre photo) en présence de 5 000 délégués de plus de 150 pays. De toute évidence, c’est un succès politique et médiatique pour l’initiateur de cette nouvelle version des "Routes de la soie" en 2013, le tout puissant chef d’État chinois Xi Jinping. A y regarder de plus près, cependant, force est de constater que la situation s’est compliquée pour Pékin depuis 2017 : les investissements chinois ont reculé et les réticences des Occidentaux à s'associer à ce grand projet de coopération internationale se sont accentuées.

De fait, quelles que soient les sources, occidentales, locales, les investissements directs (ID) de la Chine à l’étranger ont diminué l’an dernier. Et les Routes de la soie n’y échappent pas. Ainsi, d’après le ministère du Commerce chinois (Moc), les ID ont atteint 120 milliards de dollars, contre 140 milliards un an auparavant.

Pire si l’on prend l’American Enterprise Institute (AEI), selon lequel ils se sont effondrés passant de 179 milliards de dollars en 2017 à un peu plus de 100 milliards. En particulier les ID et contrats d’infrastructures labellisés B&R ont chuté de 223 milliards à 126 milliards de dollars. Selon Christophe Granier, conseiller du commerce extérieur de la France (CCEF), « depuis quinze ans, on n’avait pas vu une baisse des investissements directs et des contrats d’infrastructure conclus à l’étranger par des entreprises chinoises »*...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 326
diffusée le 2 mai 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >