fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

Dans son dernier panorama sur l’Amérique latine, intitulé « il est temps de combler le retard d’infrastructure » (voir pdf ci-dessous), Coface insiste sur la réponse qui doit être rapidement donnée par les économies de la région : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Équateur, Mexique, Pérou.

Ainsi, si le transport est particulièrement affecté en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Pérou, la qualité de routes constitue le véritable talon d’Achille en Amérique latine, ainsi que les ports, en particulier au Brésil. Autre problème, la dépendance aux sources hydrauliques et thermiques pour générer une électricité parfois coûteuse et polluante. D’où l’intérêt que portent certains États à l’énergie verte. A l’instar du Chili qui veut consacrer 20 % de sa production électrique aux ressources renouvelables non hydrauliques avant 2025, ce qui permettrait d’abaisser le coût de génération d’environ un tiers.

Des budgets nationaux sous pression

En Argentine, le gouvernement a fixé le même objectif ambitieux, alors que la part actuelle de l’énergie verte est d’à peine 1,8 %. Un programme d’enchères a ainsi été lancé, et lors des deux premiers appels d’offres, tenus l’an dernier, ce sont 59 projets qui ont été adjugés pour une valeur globale de 4 milliards de dollars.

Comme les budgets publics sont sous pression, les partenariats public-privé (PPP) ont tendance à se développer, malgré des obstacles qu’il conviendra d’éliminer rapidement pour ne pas casser la dynamique, comme le manque de transparence et de financements disponibles et « des conditions peu attrayantes », note Coface. Le Chili, pratiquant les PPP depuis un quart de siècle, a, pour sa part, bâti un cadre réglementaire et institutionnel et un climat d’investissement et d’affaire solides.

Prospecter de nouveaux investisseurs

Au Pérou, la nouvelle loi sur les PPP de 2015 a permis à ce pays d’adopter les bonnes pratiques et, depuis le début de la présidence Kuczynski en juillet 2016, de nouvelles mesures ont été introduites pour accroître la transparence et empêcher la corruption. Pour autant, tout n’est pas résolu. Au Chili, les coûts sont encore trop élevés. En Argentine, la règlementation est floue concernant la définition des juridictions et compétences des entités concernées et la phase d’exécution des projets souffre de retards significatifs.

Pour optimiser les investissements dans les infrastructures, l’assureur-crédit export français propose quatre axes : « élargir les instruments financiers » destinés à la réalisation des contrats, « prospecter de nouveaux investisseurs », « définir des conditions plus attractives » et « améliorer la transparence, les règles internes et la conformité ». En particulier, il convient d’attirer de nouveaux investisseurs, car aujourd’hui les projets de PPP sont concentrés entre quelques mains. C’est le cas au Chili, mais aussi au Mexique, au Pérou et en Colombie. Il faut donc, selon Coface, « accroître la compétition pendant les enchères et parvenir à des accords plus favorables ».

F.P

Pour prolonger :
-UE / Mercosur : le libre échange oppose lobbies agricoles et industriels
-Infrastructures : Paris veut prendre le leadership du financement des projets post COP 21
-Financements / Infrastructures “vertes” : l’AFD prépare de nouveaux instruments pour stimuler les privés

 

 

Panorama-08-2017-Latam
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >