fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

Le président français François Hollande en aurait été quasiment informé par la présidente Dilma Rousseff lors de sa visite au Brésil les 12 et 13 décembre derniers : le Rafale de Dassault Aviation était jugé trop cher. Les autorités brésiliennes lui ont préféré le Gripen du Suédois Saab pour le renouvellement de leur flotte militaire avec un contrat estimé à près de 5 milliards de dollars pour 36 avions de combat. L'annonce en a été faite dans la soirée du 18 décembre par le ministre de la défense brésilien Celso Amorim, lors d'un point de presse convoqué après des fuites dans la presse brésilienne. "Après
avoir analysé tous les faits, la présidente Dilma Rousseff m'a chargé
d'informer que le vainqueur [...] est l'avion suédois Gripen NG" a-t-il confirmé, selon la presse.

Le GIE Rafale International, qui regroupe Dassault Aviation, Snecma et Thales, a réagi par un communiqué qui laisse transparaître déception et amertume. "Depuis 15 ans, au Brésil, Dassault Aviation et ses partenaires Snecma
(Groupe Safran) et Thales, regroupés dans le GIE Rafale International,
ont fait la promotion du Mirage 2000 pour l’appel d’offres FX, puis du
Rafale pour FX2, animés par la volonté de coopérer sur le long terme
avec l’industrie brésilienne, en particulier avec Embraer, écrit-il. Les
transferts de technologies sans restriction et les partenariats
scientifiques, techniques et industriels demandés par le Brésil
comptaient parmi les points forts de l’offre du GIE Rafale
International, avec le soutien des autorités françaises. Nous regrettons
que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements
d’origine tierce, notamment américaine. Il n’appartient pas à la même
catégorie que le Rafale : monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas
équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique
financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au
Rafale, ni le niveau de la technologie offerte".

Le Rafale, qui a décidément beaucoup de mal à s'exporter, peut encore néanmoins compter sur l'Inde, où ses espoirs de réussite pour un appel d'offres géant estimé à quelque 11 milliards d'euros pour 126 avions de combats restent entiers. Mais sa patience est mise à rude épreuve : depuis l'ouverture de négociations exclusives en janvier 2012, la conclusion d'un accord se fait attendre. Le contexte électoral indien devrait faire perdurer ce suspense...

C. G.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >