fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© DR
Entreprises & secteursPays & marchés

Le 2 juin, à la veille de la réunion des ministres de l’Agriculture du G20, Stéphane Le Foll et Bernard Farges, le président du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (sur notre photo avec Sun Dawei, vice-ministre de l'AQSIQ / administration générale de la supervision de la qualité, l'inspection et la quarantaine) se sont félicités de la décision de Pékin de reconnaître officiellement l'ensemble des appellations bordelaises de vins tranquilles (non effervescents), soit 45 AOC (appellations d'origine contrôlée).

Pour le premier, « c’est un pas supplémentaire vers une reconnaissance internationale renforcée de la notion d’indications géographiques qui permet d’allier développement économique collectif, protection du patrimoine et développement rural » et « c’est aussi une reconnaissance méritée de l’excellence de notre viticulture ». Pour le patron du CIVB,  « la communauté de vues entre la Chine et la France sur les valeurs des IG (identifications géographiques) ainsi que le soutien constant du ministère de l'Agriculture et de l'ambassade ont largement participé à faire aboutir ce dossier ».

Nouvel objectif, faciliter l’exportation des viandes françaises

Pour Stéphane Le Foll, qui n’a de cesse de plaider pour une ouverture plus grande du marché chinois à l’agroalimentaire de l’Hexagone, c’était aussi l’occasion de rappeler le souci de Paris d’aboutir à la levée des embargos encore en vigueur sur les produits bovins, viandes et semences et à l'obtention des demandes d'agrément des établissements industriels producteurs de viandes de porc, de charcuteries et de poudre de lait.

Dans un communiqué en date du 2 juin (voir pdf joint), le ministre a encore indiqué à ses interlocuteurs chinois la volonté de la France d’exporter des produits de qualité dans l’ex-Empire du Milieu.  Tout en se félicitant de «  la bonne coopération entre les autorités chinoises et françaises sur les questions sanitaires », il a encore insisté sur « le respect des normes sanitaires et cahiers des charges en vigueur ».

 

F.P

 

160602 CP Reconnaissance 45 IG bordealaises
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >