fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Entreprises & secteurs

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Export   •   Moci   •   Entreprises   •   E-commerce   •   France   •   Commerce extérieur   •   Chine   •   États-Unis   •   Foires et salons   •   Palmarès MOCI   •   
11 mars 2019

Cosmétiques / Export : les exportations françaises progressent en beauté (Febea)

© Tatty - Fotolia.com

Le savoir-faire français dans les parfums et cosmétiques contribue au rayonnement de la France dans le monde. Le secteur des cosmétiques se porte de surcroit très bien à l’export. L’an dernier, les exportations françaises de produits cosmétiques (parfums, maquillage, shampoings, gels douche, dentifrices, crèmes solaires...) ont franchi la barre des 14,5 milliards d’euros, en hausse de 6,3 % par rapport à 2017, d’après les chiffres de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea).

L’excédent de la balance commerciale de la filière est même en croissance de 6,6 % par rapport à 2017, s'établissant à +11,2 milliards d’euros, soit le troisième excédent après l’aéronautique (+24,9 milliards d’euros) et les boissons –vins, champagne, eaux de vie, alcools– (+12,3 milliards).

L'Europe premier marché à l'export devant l'Asie

Les exportations vers l’Union européenne (UE) ont progressé de 4,5 % à 6,6 milliards d'euros. Les plus fortes hausses ont été observées en Espagne, destination vers laquelle les ventes ont augmenté de 8,5 %, et en Italie (+7,2 %).

« L’issue des négociations sur le Brexit est fortement attendue par le secteur », précise le syndicat professionnel des entreprises de beauté et de bien-être dans son communiqué annonçant les résultats 2018 de la filière à l’export. En effet, comme l'explique la Fédération, « le Royaume-Uni est le deuxième pays de l’UE –après l’Allemagne– vers lequel la France exporte le plus ». En 2018, le montant des ventes de produits cosmétiques français y a été supérieur à 1 milliard d’euros, en croissance de 3 % sur un an.

Hors UE, vers la Russie et la Turquie les ventes cumulées à destination de ces deux pays ont atteint 1 milliard d'euros. L’Europe est « un marché mature » et les produits français y sont « déjà très présents » mais « l’attractivité et la sécurité de nos produits nous permettent toujours d’accroître nos exportations », analyse le syndicat professionnel des entreprises de beauté et de bien-être.

Vers l’Asie, les exportations continuent de croître avec une croissance à deux chiffres (+16,6 %) pour des ventes de 3 milliards d'euros en 2018. Les livraisons de produits cosmétiques français ont bondi respectivement de 22,7 % et 24 % vers la Chine et Singapour. A contrario, les exportations destinées à l’Amérique du Nord ont enregistré une croissance plus faible de 6,8 % à 1,7 milliard d'euros.

L'Arabie saoudite en baisse, situation « contrastée » en Afrique

S'agissant des ventes de produits cosmétiques à destination des marchés du Proche et Moyen-Orient, celles-ci ont essuyé un recul de 2,1 % à 927 millions d'euros. Ce repli est imputable à la baisse des livraisons vers l’Arabie saoudite (-6,2 %). Celle-ci est étroitement liée « à la variation du cours du pétrole », précise le syndicat professionnel qui rassemble plus de 350 entreprises de beauté et de bien-être.

Vers les économies d’Amérique du Sud et d'Amérique centrale, les expéditions sont restées stables (-0,12 %) à 534,5 millions d’euros. S'agissant des exportations vers les pays d'Afrique, « la situation est contrastée » selon les régions observe le syndicat. Ainsi, à destination de l’Afrique occidentale, les ventes ont enregistré une hausse à deux chiffres (+16,8 %) s'établissant à 79,8 millions d'euros, tandis que les exportations cumulées vers l'Afrique centrale et l'Afrique australe ont essuyé un recul de 6,8 % à 116,4 millions d'euros. Les ventes de cosmétiques ont également reculé vers les pays d'Afrique du Nord (-3,7 % à 196,3 millions d'euros). Ce repli « est principalement dû à un blocage des importations par l’Algérie », précise le syndicat.

Enfin, les exportations vers l'Australie et l'Océanie en hausse de 4,88 % ont atteint 181,7 millions d'euros l'an dernier.

Les soins et les parfums portent la filière à l'export

En ce qui concerne la nature des produits cosmétiques exportés, la fédération révèle que les soins (crèmes anti-âge, démaquillant...) et les parfums ont représenté trois quarts des exportations françaises de cosmétiques : respectivement +45 % pour les soins et +22 % pour les parfums.

Parmi les autres catégories championnes à l'export, le maquillage dont les exportations ont progressé (+4,8 % pour le maquillage des lèvres et +3,7 % pour le maquillage des yeux). Les ventes de préparations capillaires ont elle augmenté de 7,5 % et les shampoings de 5,8 %.

L'industrie française des cosmétiques confirme son dynamisme à l'international.

Venice Affre

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >