fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Ch. Gilguy
AidesEntreprises & secteurs

Le suspense aura duré jusqu’à mi-août et il s’en est fallu de peu que le nouveau binôme de managers public-privé proposé ce 24 août au conseil d’administration de Business France pour en prendre la direction et conduire et conduire les changements qui l'attendent, ne trébuche sur un obstacle juridique : pour pouvoir être proposé à la succession de l’ancienne députée Seybah Dagoma à la présidence de cette instance, l’homme d’affaires Pascal Cagni devait au préalable en être officiellement membre ! C’est chose faite depuis lundi 21 août seulement : un arrêté du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, du ministre de la Cohésion des territoires et du ministre de l'Économie et des finances a opportunément nommé le fondateur de C4 Ventures « en qualité de représentant d'une entreprise à vocation internationale ayant des activités en France », en remplacement de Claudio Colzani, P-dg de Barilla.

Pour Christophe Lecourtier, un retour

Une formalité qui n'a pas été nécessaire en revanche pour la candidature de Christophe Lecourtier à la direction générale de cet EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) dédié à l’internationalisation de l’économie et des entreprises françaises, en remplacement de Muriel Pénicaud.

L’actuel ambassadeur de France en Serbie (après trois ans en Australie), ancien directeur de cabinet puis conseiller spécial de Christine Lagarde dans les gouvernements Fillon successifs, faisait partie des favoris depuis le début du processus de sélection lancé en juin dernier, après la nomination de Muriel Pénicaud comme ministre du Travail. Pour ce diplomate issu du Trésor, c’est même un retour puisqu'il a dirigé son ancêtre, Ubifrance, durant 6 ans (2008-2014) et préparé sa fusion avec l’AFII, qui a conduit à la création de Business France en janvier 2015...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >