fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

La péroniste Cristina
Kirchner, présidente de la République, a annoncé en grande pompe, le 16 avril, entourée
de tous les ministres et gouverneurs provinciaux, qu’elle allait procéder à la «récupération»
de la compagnie pétrolière YPF. YPF est actuellement filiale à 57,4% de l’espagnole
Repsol. Elle assure un tiers de la production pétrolière argentine, 52% des
capacités de raffinage du pays, et possède un réseau de 1 600 stations-service. Les Argentins reprochent à Repsol de ne pas avoir suffisamment investi
dans YPF. Il faut dire que le pays compte développer de plus en plus la
production (offshore), d’où d’ailleurs le récent regain de tension à propos de
l’archipel anglais des Malouines (Falkland Islands) dont les eaux sont réputées
riches en hydrocarbures.

Durant son premier mandat (2007-2011), la présidente
avait déjà procédé à des nationalisations (Aerolinas Argentinas, Austral Lineas
Aéreas, firme d’aviation militaire (FMA) ancienne filiale de Lockheed Martin, fonds
de pension privés). Visiblement, elle entend poursuivre cette politique durant
son second mandat de quatre ans (entamé en octobre dernier). Elle profite aussi
de la faiblesse économique actuelle de l’Espagne, quitte à provoquer une crise
diplomatique entre Madrid et Buenos Aires. En même temps, elle donne un signe
négatif aux investisseurs étrangers, à commencer par les Espagnols qui sont les
premiers investisseurs en Argentine (26% en 2010).

Pour en savoir plus :

Lire tous nos contenus sur l'Argentine (actualités, dossiers, salons, appels d'offres, réglementation, sites de référence, experts du MOCI Club) en allant dans le GPS Business et en tapant "Argentine" dans l'onglet "Où"

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >