fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

L'exécutif européen va réagir à l'expropriation du pétrolier espagnol Repsol de sa filiale argentine YPF, décidée à la mi-avril par la présidente Cristina Kirchner, et validée par le Congrès argentin la semaine dernière. Les mesures de rétorsion européennes pourraient prendre la forme d'une suspension des préférences commerciales accordées au pays via le système de préférences généralisées de l'UE (SPG), option défendue par l'Espagne. L'UE envisage en outre de déposer une plainte auprès de l'OMC dans les
semaines à venir contre les mesures de restriction à l'importation
adoptées par l'Argentine, qui a largement étendu depuis 2008 sa liste de
produits soumis à des licences d'importation.
L'expropriation de compagnies étrangères en Argentine et en Bolivie, la politique restrictive aux échanges menée par l'Argentine via son régime étendu de licences d'importation sont « un problème » pour ces deux pays, qui « auront plus de mal à obtenir l'investissement international dont ils ont besoin », avait déclaré Karel De Gucht, la semaine dernière à Bruxelles lors d'une conférence sur les relations UE/Brésil. « Ils sont aussi un problème pour l'UE, puisque ses entreprises sont directement affectées. Nous allons bientôt réagir à l'action de l'Argentine dans l'affaire Repsol, en particulier ».
Pour en savoir plus:
Lire tous nos contenus (actualités, salons, appels d'offres, sites de référence, réglementations, experts MOCI Club) sur l'Argentine en allant dans le GPS Business et en tapant "Argentine" dans l'onglet "Où"

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >