fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

La pluie de contrats qui a accompagné la signature, hier 25
septembre, de l’accord de partenariat stratégique entre la France et le Vietnam est de
bon augure pour l’avenir des relations économiques entre les deux pays. Elle
marque la réelle volonté de Paris, comme de Hanoï, de donner un socle concret à
ce partenariat, et une forte composante économique.

Les contrats d’abord : à peine l’encre séchée sur
l’accord signé en grandes pompes à Matignon, Jean-Marc Ayrault, Premier
ministre français et son homologue vietnamien, Nguyen Tan Dung, ont d’abord
parrainé la signature d’un grosse commande Airbus : 92 appareils de la
gamme A320 commandés par la compagnie vietnamienne à bas coûts Vietjet, dont 62
fermes, pour un montant de près de 6,1 milliards USD au prix catalogue.

Dans la foulée, a été signé un protocole d’accord entre GDF
Suez
et Petro Vietnam Gas pour la construction d’une unité de production de gaz
naturel liquéfié et de génération électrique sur le complexe de Son My, au sud
du pays. De son côté, Vinci a obtenu un accord lui ouvrant le marché des
autoroutes vietnamiennes tandis que BNP Paribas officialisait l’obtention d’une
licence pour ouvrir une succursale à Hanoï grâce à la signature d’un accord entre
la Banque du
Vietnam et l’Autorité de contrôle prudentielle française.

Plusieurs autres grands projets avancent : la
rénovation des équipements de l’hôpital de Can Tho (qui vient d’être lancée), le
projet ferroviaire de Yen Vien Lao Cai, les transports urbains avec la ligne 3
du métro de Hanoi (Systra a fait les études et en a profité pour participer à
l’élaboration du premier corpus de normes en matière de métro du Vietnam, les
premiers contrats de génie civil ont été signés, un système de signalisation français a été retenu), la participation au programme de centrale nucléaires
avec le réacteur de 3ème génération ATMEA 1 qui pourrait s’appuyer
sur une alliance avec le Japon (lire ici) …

Une part de marché d’à peine 1 % et un déficit de 2,1
milliards d’euros

Dans la matinée, Nicole Bricq, ministre du Commerce
extérieur, avait rappelé les ambitions économiques et commerciales françaises
en présence du Premier ministre vietnamien, devant des hommes d’affaires français
et vietnamiens réunis au Medef dans un amphithéâtre comble, pour un forum
d’affaires : « doubler d’ici quatre ans notre part de marché ».
« Quand j’ai regardé les chiffres de notre relation commerciale, j’ai
constaté qu’ils étaient à la fois déséquilibrés et peu satisfaisants avec une
part de marché de 1 %, inférieure à la moyenne de celle dont nous disposons avec
les pays de l’Asean, et un déséquilibre structurel de notre balance commerciale
(2 milliards d’euros en 2012) », a-t-elle résumé.

Le Vietnam, sa position stratégique au sein de l’Asean -désormais
une vaste zone de libre échange au cœur de l’Asie du Sud-Est-, ses 90 millions
d’habitants et sa forte croissance (5,25 % en 2012, probablement la même chose
en 2013, en dépit de turbulences économiques et financières dont le pays est en
train de sortir), est considéré comme un pays prioritaire par Paris.

Outre la
visite de Nicole Bricq en avril dernier, pour lancer la saison de la France au Vietnam et
inaugurer le deuxième forum d’affaires franco-vietnamien organisé sur place
(lire ici), ce partenariat stratégique a été aussi préparé par Laurent Fabius,
qui a effectué une visite sur place en août. Et Jean-Marc Ayrault, qui avait
rencontré son homologue vietnamien en février au Cambodge, à l’occasion des
funérailles du prince Sihanouk, s’y est
penché personnellement.

Le partenariat stratégique, outre qu’il renforce la
coopération dans la défense, renouvelle les engagements réciproque des deux
pays pour se soutenir l’un et l’autre dans leur volonté de rapprochement l’un
de l’Asean – la France-,
l’autre de l’Union européenne –le Vietnam, qui négocie un accord de libre
échange avec Bruxelles.

Composé de 26 articles regroupés en 5 chapitres qui
rassemblent en un seul texte des accords de coopération déjà conclus, il donne
une cohérence nouvelle à ces relations bilatérales. Au plan économique, il
engage les deux parties à développer leurs échanges, leur coopération, les
investissements dans des secteurs aussi variés que l’aéronautique, les
transports, les infrastructures urbaines, le développement durable,
l’informatique, la santé, l’agroalimentaire, l’énergie nucléaire.

Paris mise sur le Dialogue de haut niveau instauré depuis avril 2013

L’enjeu est loin d’être négligeable pour les entreprises
françaises : la France
est le deuxième pays pourvoyeur d’investissements directs au Vietnam (3 milliards
d’USD de stocks en 2013), avec quelque 215 entreprises investies sur place qui
emploient 35000 personnes. Quelque 380 projets d’investissements dans des
secteurs divers sont en cours, selon des chiffres du Medef.

Ce partenariat devrait faire l’objet d’un réel suivi,
notamment pour les entreprises qui peinent à voir leur projet aboutir :
côté français, on mise beaucoup, notamment sur le « dialogue de haut
niveau » mis en place lors de la visite de Nicole Bricq. « Cette
instance, qui se réunira annuellement, fera le point sur ce qui avance et sur
ce qui bloque. Notre culture, c’est celle du résultat. » a-t-elle lancée
au Medef, devant le Premier ministre vietnamien et Vu Huy Hoang,
ministre du Commerce et de l’industrie, saluant au passage les projets qui avait
pu être débloqués grâce à cette instance, à l’instar de la licence BNP Paribas,
l’avancée du projet ferroviaire ou le lancement du projet de rénovation de
l’hôpital Can Tho. « Comptez sur moi (...) pour veiller sur le respect des engagements pris et la prise
d’initiatives nouvelles ».

Restera à donner corps aussi à la volonté française de voir
d’avantage de PME et PMI s’intéresser à ce pays : le premier forum
franco-vietnamien d’avril – qui a permis à une centaine de PME françaises
de rencontrer quelque 500 entreprises vietnamiennes- a ouvert une voie qu’il
reste à consolider.

Enfin, the last but not the least, la coopération
financière –concrètement les financements et garanties publics que pourra
apporter la France
pour financer les grands projets vietnamiens- devra être maintenue. Au Vietnam,
cela a été clairement souligné par le Premier ministre lui-même au Medef, la
plupart des grands projets publics sont financés grâce aux apports des
bailleurs de fonds, qu’ils soient multilatéraux ou bilatéraux. La France est déjà le deuxième
pourvoyeur de fonds bilatéral au Vietnam (via l’Agence française de
développement et la Réserve
pays émergent).

Nicole Bricq a assuré qu’elle « a vocation à rester
parmi les premiers ». Avec un petit avertissement lancé aux entreprises
françaises : « Les projets qui bénéficient de cet appui doivent être
mis en oeuvre dans le respect des délais et des cahiers des charges afin
d’éviter les surcoûts et les complications administratives susceptibles de les
bloquer ». La ministre a aussi indiqué qu’il faudrait diversifier les
domaines soutenus par la RPE,
citant la santé, l’agroalimentaire, les TIC ou encore les énergies
renouvelables.


Christine
Gilguy

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >