fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

Anne Lauvergeon, la patronne d´Areva, a signé, le 4 février, un protocole d´accord avec l´électricien public Nuclear Power Corporation of India Limited (NPCIL), pouvant déboucher sur la construction de six réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR) en Inde.

Le protocole d´accord prévoit deux commandes fermes d´ici la fin de l´année et une option sur quatre autres EPR. Le champion français est la première compagnie étrangère à signer un tel accord depuis que l´embargo sur les hautes technologies en Inde est levé.

Areva n´ayant donné aucune estimation officielle avant l´ouverture des négociations, il faut se référer aux évaluations des constructeurs, comme EDF ou EON, selon lesquels un EPR coûterait entre 4 et 6 milliards d´euros.

L´Inde importe 70 % de ses besoins en pétrole et, pour sortir de cette dépendance de l´or noir, elle veut porter la part du nucléaire dans la consommation électrique à 25 % d´ici à 2050. Ces ambitions, qui nécessitent une coopération avec les grands acteurs du nucléaire, ont été rendues possibles à partir de septembre 2008, avec la fin de l'embargo sur la fourniture de technologies nucléaire qui frappait le pays depuis 1974. Aujourd´hui, les 17 réacteurs nucléaires en activité livrent moins de 2,5 % de l´électricité du pays, d´après le Commissariat à l´énergie atomique (CEA).

De façon concrète, la dixième puissance mondiale veut se doter de 60 000 mégawatts supplémentaires d´origine nucléaire. Ce sont 100 milliards d´euros qui devront alors être déboursés sur une période de quinze ans. Les entreprises françaises peuvent espérer arracher jusqu´à 20 milliards d´euros. Après le voyage de Nicolas Sarkozy en Inde en janvier 2008, Paris et Delhi avaient signé en septembre un accord de coopération nucléaire civil.
 

François Pargny

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >