Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Carrières

« On exporte pour 71
milliards d’euros en Allemagne, un des pays les plus compétitifs au monde.
Donc, il ne faut pas minorer notre performance », soulignait Louis Gallois, Commissaire général à l’investissement, lors d’un atelier d’information
organisé par Ubifrance, le 27 mars, à l’occasion du cinquantenaire du Traitée
de l'Élysée. Selon lui, pour y réussir, « il faut de la persévérance, être
à l’heure aux rendez-vous, respecter les délais de livraison ». Les
Allemands, poursuit-il, « sont carrés, clairs. On s’engueule, les rapports
sont un peu rudes. Il faut se tenir à ce qu’on dit ».

« Nous n’aimons pas les surprises »


« Nous aimons les risques réfléchis et
nous n’aimons pas les surprises », renchérit l’Allemande Claudia Nagel,
directrice générale de la société éponyme de conseil en stratégie. Et
d’expliquer que les « Allemands aiment les plans, les
organigrammes », « être pris au sérieux » et donc que
« chez eux, il faut parler allemand».

C’est ce sérieux qui fait leur
force à la grande exportation. « Les clients savent pouvoir compter sur
leurs fournisseurs allemands », avance sans hésitation Louis Gallois, qui
estime que « les Français doivent adopter le même comportement, tant au
moment de la vente que pendant la vie des produits ».


Ligne Roset s’inscrit dans la durée


« Une part de notre succès
tient au fait nous nous inscrivons dans la durée », expose pour sa part Patrice Bert,
directeur général de Ligne Roset Allemagne, par ailleurs, président de la
section locale des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF). « Dotez-vous
d’une équipe de préférence allemande et, comme nous qui ne l’avons pratiquement
pas changé depuis 25 ans, conservez-la, car vous disposerez alors de
responsables hyper-compétents », conseille le dirigeant français.

Bien que dans le meuble, le
déficit commercial de la France avec l’Allemagne soit de l’ordre d’un milliard
d’euros, Ligne Roset est aussi compétitif que ses concurrents allemands dans le
haut de gamme. « Nous avons, dès le départ, proposé des produits
innovants, avec une touche de création française dans le design », expose
Patrice Bert. Pour durer, le fabricant français de meubles a aussi
« beaucoup soigné » la qualité.

François Pargny


Pour prolonger

Cliquer sur notre site sur la
rubrique « Pays & marchés », puis choisissez
« Allemagne » pour accéder à tous nos contenus.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >